Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 17Article 528328

General News of Friday, 17 July 2020

Source: cameroon-info.net

Carnet Noir: le Cameroun vient de perdre une autre grande dame


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La pionnière, docteur en médecine depuis 58 ans, est morte ce vendredi 17 juillet 2020, des suites de maladie.

Selon les proches de l'octogénaire, elle a rendu son dernier souffle à l'hôpital général de Douala après quelques jours d'hospitalisation.

Il y a quatre mois seulement, précisément le 5 mars 2020 à Yaoundé, au nom de la patrie reconnaissante, la ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Professeur Marie Thérèse Abena Ondoa, avait remis au Dr Gladys Ejomi Martin, au cours d'une cérémonie mémorable, le prix d'Excellence, en tant que première femme médecin au Cameroun.



Très émue, la très distinguée lauréate, native de Limbe dans la Région du Sud-Ouest, avait prononcé le discours ci-dessous.

«Aujourd'hui est une journée très spéciale dans ma vie, qu'aucune perspective d'avenir il y a des années ne l'aurait portée à ma connaissance. Je me suis toujours démarquée - la seule étudiante de ma classe de médecine, la seule femme cadre de CUSS depuis quelques années, la seule, la seule… .. Au lieu d'essayer de rivaliser avec ceux qui m'entourent, j'ai comparé mes résultats avec les autres pour voir où j'en étais. Je me suis tenue devant des foules diverses, faisant des présentations et je n'ai jamais rêvé de me présenter.


Honorables ministres, membres de l'ACMF, collègues et amis,


je me sens extrêmement honorée que vous ayez tous renoncé et pris de votre précieux temps pour m'honorer d'une telle manière. Ma famille se joint à moi pour vous remercier sincèrement de cet honneur inattendu.

Aujourd'hui est une journée historique pour moi et comme l'a déclaré la CWMA, pour le Cameroun. L'histoire de la médecine montre comment les sociétés ont changé dans leur approche de la maladie et de la maladie de l'Antiquité à nos jours, dans différentes races.

Il est très large, complexe et composé de plusieurs sections. Sushrata en Inde a introduit le diagnostic médical et le pronostic comme l'un des concepts.

La médecine est considérée comme l'un des arts, des sciences, des études et des pratiques de conservation. L'éducation médicale est une composante très importante et a subi des changements au fil des ans. Il s'agit d'une formation liée à la pratique du médecin et d'une spécialisation supplémentaire. Il a subi de nombreux changements dans son contenu, sa durée, sa population étudiante, etc. Le Cameroun est un très bon pays pour écrire l'histoire de la médecine.

Une équipe multi-pays / multi-agences à développer le Centre des sciences de la santé (CUSS) comme modèle d'enseignement médical. Depuis lors, plus d'écoles de médecine ont été créées au Cameroun. Le Nigeria et le Ghana ont copié le modèle CUSS. Une étude sur l'histoire de l'enseignement médical au Cameroun est attendue, si ce n'est déjà fait.

Un retour sur nos performances est un outil d'apprentissage simple et efficace, un outil d'aide à la décision et une ressource importante pour écrire les antécédents médicaux. Nous regardons en arrière au fil des ans pour voir ce qui a été accompli, ce qui a échoué et ce qui doit être fait. Permettez-moi de partager avec vous une ou deux choses que j'ai apprises.

Pendant mon séjour à Harvard pour le programme de maîtrise en santé maternelle et infantile, j'ai eu le temps de réfléchir et j'ai vu de nombreuses mères assises dans des services pendant des jours. Les salles étaient pleines de matériel pédagogique. Quels moments d'apprentissage! À mon retour, j'ai passé une partie de mon temps à enseigner aux mères de vraies patientes. À Mvolye, nos soins de santé étaient principalement curatifs. Nous avions des médicaments gratuits mais pas de vaccins. À mesure que davantage d'enfants en bonne santé assistaient, nous avons acheté des vaccins, de sorte que la section saine a augmenté. Les mères ont bien soigné leur bébé, y compris la vaccination, puis sont passées à la section des malades et se sont excusées d'avoir vacciné un enfant malade.

Il nous a fallu beaucoup de temps pour réaliser qu'il était important de vacciner en toute sécurité les enfants légèrement malades.
Les mères étaient à la clinique pour protéger l'enfant et non pour une toux de moisissure ou de fièvre qu'elles pouvaient gérer sans exposition à d'autres infections. J'ai beaucoup appris des mères et des patients.

Encore une fois, ma famille et moi vous remercions tous, honorables ministres, collègues et amis pour ce grand honneur. Tout ce que j'ai pu faire, c'est grâce à Dieu et à une collaboration fructueuse avec des collègues. "

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter