Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 21Article 568468

General News of Thursday, 21 January 2021

Source: www.camerounweb.com

CamerounWeb Awards 2020: Me Michèle Ndoki bien placée



Un peu effacée depuis sa sortie de prison, la vice-présidente de la section des femmes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Me Michèle Ndoki s'est mise en retrait des activités du parti. Cette décision a été motivée par le refus du parti de participer aux dernières élections législatives.

Comme cela ne suffisait pas, elle a appelé ses camarades du MRC à tourner la page du «hold-up électoral». Dans un texte publié le 18 mai 2020 sur un de ses comptes Facebook, la vice-présidente de la section femmes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) a exprimé son souhait de passer à une autre étape du combat. Elle a estimé que la revendication de la victoire supposée du leader du MRC Maurice Kamto au scrutin présidentiel de 2018 a porté de nombreux fruits.
«La contestation liée au hold up électoral (compris comme le mépris indéniable de la voix du peuple) était donc une réaction populaire et partisane nécessaire. Elle a produit des fruits notables, notamment en renforçant la conscience politique de nos concitoyens et en attirant l'attention de la communauté internationale sur la dégradation alarmante de l'état de droit au Cameroun et la déliquescence de nos institutions. Elle a forcé nos gouvernants, après avoir essayé de nous réduire au silence, à se remettre en question et posé les fondations pour un réel changement dans notre pays», a soutenu l’avocate inscrite au Barreau du Cameroun.

Son appel n'a pas été favorablement accueilli. Les réactions négatives ont inondé la toile. A l’instar du leader du CODE et supporter de Maurice Kamto, Brice Nitcheu. Il a déclaré «Michelle Ndoki nous dit de ne plus regarder derrière. C'est avec ses yeux qu'on regarde? Merde!». Florence Noumo, avocate et opposante installée en France s'est montrée plus tranchante: «nous l'avons accueillie et magnifiée en raison de notre générosité légendaire. Nous savons aussi tourner la page de ceux qui nous tournent le dos !».

Suite à cette polémique, Célestin Djamen, alors secrétaire national aux droits de l'homme, a apporté son soutien à cette dernière. Me Ndoki "a le droit de penser et d’écrire librement", a-t-il fait savoir.

Ses combats associatifs avec le mouvement "Stand up for Cameroon" d'Edith Kah Wala, ont laissé croire qu’elle n’était plus en odeur de sainteté avec sa formation politique. Et pour mettre fin à ces supputations, Me Ndocki a réaffirmé son amour pour le MRC.
« La liberté prônée par le MRC est une des valeurs que je défends; Et ce n’est pas la seule valeur qui m'a amenée au MRC mais la vision de développement et la structure du parti, une structure effective et alors efficace. », a déclaré la militante convaincue du MRC.

Son absence a été vraiment remarquée lors des manifestations publiques organisées par le MRC et qui ont conduit à la mise en résidence surveillée de son leader. Ceci ne l'a pas empêché de défendre des manifestants interpellés par la police.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter