Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 02Article 585772

General News of Friday, 2 April 2021

Source: rfi.fr

Cameroun: une organisation de défense des droits de l'homme exige la libération de 7 journalistes

Il y a un an, plus de 80 organisations de défense des droits de l’homme et de la presse avaient signé un appel à l’attention de plusieurs présidents africains, leur demandant de libérer les journalistes détenus dans des prisons souvent surpeuplées et dont les prisonniers sont souvent vulnérables à la Covid 19. Au Cameroun, le Comité de protection des journalistes (CPJ) relance le président Paul Biya.

Un an après cet appel, le Comité de protection des journalistes (CPJ) se rappelle au bon souvenir du président camerounais, Paul Biya, en exigeant la libération des sept journalistes toujours détenus dans le pays. Le cas de l’ancien directeur général de la radiotélévision publique, Amadou Vamoulké, accusé jusqu’ici sans procès, et ce, depuis cinq ans, de détournements de fonds au profit de sa radio est particulièrement préoccupant

Un cas scandaleux

Pour Angela Quintal, du CPJ, le cas d'Amadou Vamoulké est particulièrement scandaleux. « Le groupe de travail de l’ONU sur les détentions arbitraires estime qu’il est détenu de manière arbitraire. Son cas est d’autant plus injuste qu’il est toujours en détention provisoire depuis presque cinq ans. L’État n’a toujours pas présenté une seule preuve contre lui. C’est scandaleux parce qu’il a plus de 70 ans, qu’il a des problèmes de santé qui le rendent plus vulnérable au Covid-19. »

« Et bien sûr, continue Angela Quintal, il est détenu à la prison centrale de Kondengui qui est connue pour être surpeuplée. Est-ce que le gouvernement camerounais veut qu’un autre autre journaliste meure en détention. Nous disons : faire du journalisme ne devrait pas être une condamnation à mort. Amadou Vamoulké et les autres journalistes détenus au Cameroun doivent être immédiatement libérés. »

Lettre au ministre de la Justice

Amadou Vamoulké a lui-même écrit au ministre de la Justice pour exposer ses conditions de détention. Selon l'ancien direction général de la chaîne de télévision publique CRTV, un troisième de ses co-détenus de cellule a été testé positif au Covid-19. Il accuse le ministre de lui avoir déclaré la guerre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter