Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 08Article 540142

General News of Tuesday, 8 September 2020

Source: koaci.com

Cameroun : un média ivoirien évoque les risques liés aux prochaines élections

Le président Paul Biya a convoqué lundi 7 septembre le collège électoral, en vue des prochaines élections régionales. Dix mois après le double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020. Ce scrutin qui s’annonce déterminant et décisif, va parachever la mise en place du processus de décentralisation au Cameroun.


À travers un décret lu ce lundi sur les antennes de la Cameroon Radio and Television (Crtv, media à capitaux publics), Paul Biya vient de mettre fin à la longue attente de l’élection des conseillers régionaux.

« Les collèges électoraux sont convoqués au chef-lieu de chaque département, le dimanche 06 décembre 2020 à l’effet de procéder à l’élection des conseillers régionaux », précise le décret lu à la Crtv.


« Les bureaux de vote seront ouverts de 08 heures à 18 heures », poursuit le texte.

L’élection des conseillers régionaux va parachever la mise en place de la décentralisation prévue par la loi fondamentale du 18 janvier 2016.

Les nouvelles institutions prévues par la constitution du 18 janvier 2016 sont progressivement mise en place. Le processus a été entamé par la création du sénat en 2013 dont les secondes élections se sont tenues le 25 mars 2018.


Quelques mois après, s’était tenue s'est tenue l’élection présidentielle à l’issue de laquelle Biya a été déclaré largement vainqueur par le conseil constitutionnel, avec 71%

Une victoire toujours contestée par Maurice Kamto, le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc), classé second avec 14%.


Incertitudes


Les élections régionales divisent l’opposition.

Le Mrc qui ne fait pas partie des conseils municipaux et donc pas concerné par ledit scrutin, a menacé de programmer des manifestations de rue.


La formation de Maurice Kamto prévoit d’appeler le président Biya à quitter le pouvoir, si ce dernier convoquait le collège électoral sans révision préalable du code électoral et résolution de la crise anglophone.

Le SDF représenté au parlement et dans les conseils municipaux (4 mairies) a également menacé de boycotter le scrutin en raison du climat sécuritaire tendu dans les régions du Nord-ouest et du sud-ouest.


Le Rdpc au pouvoir a salué un décret « historique ». Pour la formation que dirige Paul Biya, « les absents auront tort.»

De nombreuses autres formations de l’opposition et de la majorité ont manifesté leurs intentions de prendre part aux élections régionales.


Mise en garde


Dans une déclaration lundi à la presse, Paul Atanga Nji le ministre de l’Administration territoriale (Minat, équivalent du ministère de l’intérieur) a mis en garde les éventuels fauteurs de trouble.


« Je saisis cette occasion pour lancer une sévère mise en garde aux politiciens sans scrupules, en quête d’une hypothétique notoriété, contre tout agenda visant à perturber la tranquillité des camerounais avant, pendant et après l’élection des conseillers régionaux», a lancé Paul Atanga Nji.


L’arrêt des poursuites judiciaires dont ont bénéficié les militants du Mrc, ne signifie aucunement « extinction des charges » a-t-il rappelé indiquant que le rouleau compresseur des forces de maintien de l’ordre se mettra immédiatement en branle et « sans complaisance. »


« Tous les fauteurs de trouble quels qu’ils soient répondront de leurs actes devant les instances judiciaires compétentes », a-t-il conclu.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter