Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 04Article 524929

General News of Saturday, 4 July 2020

Source: mediatudecmr.com

Cameroun : un journaliste traîne la CRTV en justice


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Aujourd’hui à la retraite, le journaliste politique et ancien directeur adjoint des ressources humaines sur la chaîne nationale a saisi le tribunal de Grande Instance du Mfoundi pour réclamer le paiement par la CRTV de « divers droits » s’élevant à hauteur de 20 millions de FCFA apprend Médiatude du journal Kalara, dans sa parution du 30 juin 2020.

Nouveau bras de fer judicaire entre la CRTV et l’un de ses anciens cadres. Après le retentissement de l’affaire Isidore Modjo qui avait finalement été tranché par décision du Premier ministre, c’est désormais l’affaire Hugues François Onana qui éclabousse la chaîne à capitaux publics. En effet, après plus de deux décennies de travail dans la structure, le journaliste spécialiste des questions politiques avait été admis à faire valoir ses droits à la retraite, sans que d’après lui, ses différents droits n’aient été réglés.

Directeur adjoint des ressources humaines durant de nombreuses années, il avait exercé de fait la fonction sur de longues périodes, avant que le poste ne soit finalement confié à une autre personne.

Ainsi, durant la période intérimaire qu’il a assumé, notre confrère réclame « Le versement de l’intégralité des indemnités et avantages réservées au directeur des ressources humaines, qu’il aurait dû percevoir durant la période où il assurait l’intérim à la DRH ». Une requête de la CRTV conteste en : « assimilant les prétentions du plaignant à une tentative de détournement de deniers publics ». Pour eux, Hugues François Onana voudrait les pousser à commettre « une faute de gestion ». Ainsi, la défense de la CRTV estime « qu’en l’absence d’un acte officiel, soit d’une décision du directeur général au moment des faits, soit une résolution du conseil d’administration désignant le plaignant comme « DRH interimaire », pas question de payer un radis ».

Ces divergences ouvrent donc le champ à la plénitude de l’action judiciaire qui devra trancher et débouter l’une des deux parties.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter