Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 14Article 541348

General News of Monday, 14 September 2020

Source: Actu Cameroun

Cameroun: tentative d’enlèvement d’un citoyen français à Douala

D’après le consulat général de France au Cameroun, ses services ont déjoué l’enlèvement d’un citoyen français à l’aéroport international de Douala.
Mauvais temps pour un citoyen français d’origine camerounaise à l’aéroport international de Douala. Ce dernier a été empêché de quitter le territoire camerounais, selon les sources du consulat de France au Cameroun. Dans une vidéo qui fait le tour de la toile les responsables du consulat de France à Douala explique les déboires de ce dernier.

« Il a été victime hier soir (dimanche 13 septembre 2020) d’une tentative d’enlèvement déjoué par l’officier de police qui l’accompagnait. Dans le hall de l’aérogare alors même que vous pouvez le constater, l’entrée de l’aérogare est une zone contrôlée réservée qu’aux voyageurs. Il y a donc eu des failles dans le dispositif de sécurité et notre compatriote qui est soumis à cette menace est sous la protection du consulat général et il est hébergé dans l’enceinte du consultât général jusqu’à ce que nous puissions obtenir qu’il quitte le territoire », explique un travailleur du consul général de France.


Le général Wanto

Pour le moment difficile de savoir pourquoi, celui-ci a été interpellé par les autorités camerounaises. Mais, d’après le journaliste camerounais et lanceur d’alertes Boris Bertolt, le français d’origine camerounaise est victime de son patronyme. En effet, la police soupçonne sa proximité avec le général Wanto, c’est l’un des leaders séparatistes très actifs dans les régions anglophones du Cameroun.

« Le consulat général de France décide de protéger ce citoyen français d’origine camerounaise. Il restera dans les locaux français jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Tenez-vous tranquille le commissaire de l’aéroport refuse de donner les raisons pour lesquelles il ne peut pas voyager. Comme le monsieur s’appelle Wanto, certainement nos grands frères de la police ont cru que c’est le général Wanto », informe le journaliste en exil en France.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter