Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 02Article 545818

General News of Friday, 2 October 2020

Source: investiraucameroun.com

Cameroun : malgré ses services décriés ENEO vise un bénéfice net de 165 milliards

Après des pertes en 2019 et une année 2020 qui devrait être aussi déficitaire du fait notamment de la pandémie de coronavirus, Eneo, société en charge de la distribution de l’énergie électrique au Cameroun, prévoit de réaliser un bénéfice net cumulé de près de 165 milliards FCFA sur la période 2021-2025. Soit un bénéfice net moyen annuel de près de 33 milliards de FCFA sur cinq ans.

Pour cela, le chiffre d’affaires de l’entreprise devrait continuer à croitre pour franchir le cap de 500 milliards FCFA en 2024 et se rapprocher des 580 milliards FCFA en 2025, apprend-on d’une source proche de l’entreprise.

Une mission difficile, car pour augmenter ainsi son chiffre d’affaires, Eneo, qui fait partie du portefeuille du fonds d’investissement britannique Actis, compte sur une hausse aussi bien des consommateurs que des prix. Il faut dire que de nouveaux acteurs sont entrés dans la chaine de valeur de l’électricité et augmentent le coût de revient du kilowatt/heure.

Malgré une hausse de plus de 10% du chiffre d’affaires, l’année 2019 a été déficitaire, selon les premières estimations qui attendent d’être confirmées par les résultats de l’entreprise. Les marges ont été mises réduites par une augmentation des charges aussi bien fixes que variables.

L’une des causes évoquées est le retard pris dans le lancement de certains barrages qui ont nécessité d’investir dans des alternatives onéreuses. L’entreprise a aussi géré un défi fiscal qui a constitué une charge exceptionnelle non négligeable.

Le concessionnaire du service de l’électricité devra donc aussi travailler à réduire la fraude, qui fait perdre au secteur près de 60 milliards de FCFA chaque année, et les charges d’exploitation. C’est notamment pourquoi l’électricien tient à réduire la relève manuelle des index de compteurs et d’adopter une approche plus moderne.

Ambition partagée

Le temps est cependant en train de s’améliorer de manière durable. Eneo a amélioré sa trésorerie grâce à un paiement de l’État de 45 milliards FCFA d’arriérés dus. Une autre tranche qui peut atteindre les 30 milliards FCFA (contre 23 milliards FCFA initialement prévu) est aussi en voie de paiement. Ce qui permettra à l’entreprise d’avoir un bilan plus équilibré.

Aussi, il est prévu que le gouvernement règle la facture de la reprise par la Sonatrel des infrastructures de transport d’énergie. Rien n’est encore décidé, mais on parle d’une cagnotte qui pourrait atteindre les 45 milliards FCFA.

Même si elle a pu financer ses dépenses courantes grâce à la confiance dont elle jouit au sein du secteur bancaire local, les paiements du gouvernement ont été suffisamment significatifs pour lui donner plus de marges de manœuvre dans son ambition visant à mobiliser 100 milliards FCFA sur le marché local de la dette. Il est ainsi prévu de réduire progressivement la dette et de sortir des besoins de prêts bancaires à court terme, dès 2023.

La bonne santé d’Eneo est devenu un objectif partagé par toutes les parties prenantes. Mais la concrétisation de son ambition dépendra fortement de la discipline dans la mise en œuvre du plan d’investissement quinquennal, mais aussi de la capacité du gouvernement à honorer ses engagements, en qualité de deuxième actionnaire de référence.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter