Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 18Article 567677

General News of Monday, 18 January 2021

Source: yaoundeinfo.com

Cameroun : licenciement Scandaleux au Port Autonome de Douala

Une note du Directeur Général à l’origine de la grogne et d’une grosse controverse. L’on se souvient qu’en décembre 2019, les dirigeants du Port Autonome de Douala avaient décidé de réquisitionner le personnel de DIT, après la « rupture de ban », au bénéfice de la Régie du Terminal à Conteneur (RTC), une structure nouvellement créée, pour la gestion du Terminal à Conteneur du Port de Douala Bonaberi. Aujourd‘hui ces braves camerounais accusent les dirigeants du Port Autonome de Douala et parlent de « licenciement abusif ».Cette malheureuse affaire, on ne peut plus scandaleuse, secoue actuellement l’entreprise que dirige Cyrus Ngo’o.

Selon nos confrères du journal en ligne 237online qui rapportent cette information, « Il se trouve aujourd’hui que ces braves camerounais, qui par patriotisme ont opté pour la réquisition alors qu’ils auraient pu faire autrement, ont été abusivement licenciés, après un an de bon et loyaux service, sans aucune forme de procès ». La missive du Directeur Général(DG) du Port Autonome de Douala est au centre d’une malheureuse polémique. «… Conformément à l’article 8 de la Décision portant ordre de réquisition susvisée, la Régie du Terminal à Conteneur du Port de Douala-Bonabéri, vous a régulièrement indemnisé en payant les salaires et avantages auxquels vous aviez droit pendant la durée de votre réquisition… » renseigne ce document. « Pourtant une note de la direction déléguée informait les employés requis que la reconduction des réquisitions en fin d’année 2020 serait fonction d’une évaluation des performances, en fonction d’un certains nombres de critères bien définis. A travers la requête adressée au DG du PAD, le 4 janvier dernier, il apparaît clairement que les victimes de Cyrus Ngo’o ont été plus que performantes. Ces employés, non seulement ont obtenu de très bonne note, mais également n’ont fait en un an de réquisition, l’objet d’aucune sanction » écrivent nos confrères.

Malheureusement, et alors que tout concourait à la reconduction de leur réquisition, ils ont été surpris de se voir notifier leurs levées de réquisitions le 31 décembre 2020. Même ceux d’entre eux qui jouissent du statut de Délégué du personnel, n’ont pas échappé à l’incurie, ce au grand mépris de la législation. Paradoxalement, certains réquisitionnés, à cause de leur proximité géographique avec les décideurs, ont été maintenus alors qu’ils étaient sous le coup de multiples sanctions à la fois disciplinaires et techniques, apprend-on de sources internes.

Ce qui choque d’avantage ces pauvres camerounais licenciés, est que pendant que la RTC est en train de se départir d’une cinquantaine des réquisitionné, pourtant bien qualifiés et rompus à la tâche, l’on apprend curieusement le recrutement au même moment de 140 novices. Beaucoup parmi ces jeunes recrues n’auraient d’ailleurs pas de qualification dit-on . Et l’on se demande aujourd’hui sur quelle base ils ont été recrutés. C’est une grosse injustice que les dirigeants du PAD devront sans doute réparer pour apaiser les cœurs de ces braves camerounais renvoyés dans la rue au moment où trouver un emploi aujourd’hui n’est pas chose facile au Cameroun.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter