Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 09Article 607096

Actualités of Friday, 9 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : les militants du FSNC réclament la tête de Issa Tchiroma

Les militants du FSNC réclament la tête de Issa Tchiroma Les militants du FSNC réclament la tête de Issa Tchiroma

Dans une lettre envoyée au ministre de l’administration territoriale, le collectif des conseillers municipaux démissionnaires et militants de base du parti de Issa Tchiroma réclament le départ du gouvernement de leur leader. Ils estiment que le ministre Tchiroma crée « vice de forme » en voulant postuler à un poste de chefferie traditionnelle.

« Il est bienséant d’éviter d’amalgamer en impliquant toutes les structures du Parti dans une cérémonie d’intronisation d’un notable, toute chose qui s’apparente à la tenue d’un congrès du Parti. En conséquence, dans le cadre de la hiérarchisation administrative, il y’a vice de forme aussi le ministre a-t-il le libre choix de démissionner de ses fonctions ministérielles pour se mettre résolument à la disposition de la chefferie traditionnelle », écrivent ses ces militants qui veulent vraisemblablement en découdre avec leur leader.

CamerounWeb vous propose l’intégralité de leur lettre


Monsieur Le ministre,
Nous soussignés conseillers municipaux démissionnaires et militants de base dissidents du FSNC avons l’honneur de vous adresser la présente correspondance à l’effet d’attirer votre attention sur le vice de forme intervenu dans la désignation de Monsieur ISSA TCHIROMA BAKARY Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle au titre de ‘’Tchiroma’’ dans la chefferie traditionnelle notamment le Lamidat de Garoua.

En effet, il est légitime que ce dernier aspire, voire revendique l‘exercice des attributs de Tchiroma dans le Lamidat de Garoua poste vacant depuis le décès de son frère aîné Tchiroma Mamoudou survenu il y’a 12 ans l’un des électeurs qui porta sa voix à son camarade non moins son collègue de service, Yérima Hamadou Ibrahima Abbo l’un des challengers de feu sa Majesté Alim Garga Hayatou en Juin 2000.

Par contre, il est bienséant d’éviter d’amalgamer en impliquant toutes les structures du Parti dans une cérémonie d’intronisation d’un notable, toute chose qui s’apparente à la tenue d’un congrès du Parti.

En conséquence, dans le cadre de la hiérarchisation administrative, il y’a vice de forme aussi le ministre a-t-il le libre choix de démissionner de ses fonctions ministérielles pour se mettre résolument à la disposition de la chefferie traditionnelle.

Où alors, attendre le moment opportun c’est-à-dire lorsqu’il ne sera pas membre du Gouvernement pour exercer cette fonction traditionnelle prétendument objet de sa convoitise dans l’ultime but de se refaire du bon sang après sa défaite aux Législatives en vendant au Président Paul Biya des illusions morbides de pseudo popularité dans la périphérie d’une cérémonie apolitique grandiose regroupant curieusement les membres de toutes les chapelles politiques confondues.

Oui ! Monsieur le Ministre, la popularité se manifeste dans les urnes. En cela il y’a de leçon à apprendre de votre Vice-président Yérima Dewa.
Certes, ils sont légion les Chefs Traditionnels exerçant dans le Gouvernement de la République.
En revanche, il faut tenir qu’ils sont si haut perchés au summum de la Chefferie Traditionnelle qu’ils n’empiètent pas pour ternir l’autorité de l’Etat de quelque manière que ce soit.
On peut citer en exemple l’Honorable Cavaye Yeguié Djibril le Président de l’Assemblée Nationale, S.E Monsieur Fame Ndongo entre autres.

En outre, on doit tenir pour évident : un Ministre de la République notable dans la cour du Lamido lui-même placé sur l’autorité du Sous-préfet, il y’a d’autant plus de vice de forme que d’incompatibilité au moment où la tendance est à la restauration de l’autorité de l’Etat.
Pour illustration : placer le Ministre Tchiroma sous l’autorité de sa Majesté Alim Garga hayatou Secrétaire d’Etat (pendant que ce dernier était toujours soumis à l’autorité du Ministre de la Santé Publique pour le respect de la déontologie administrative) il y’aura chambardement autant dans la hiérarchisation administrative que dans la Chefferie Traditionnelle où sa Majesté Ibrahim El Rachidini est Capitaine d’Armée.


Par ailleurs, on doit l’évoquer pour se remémorer : quand Monsieur le Préfet du Mayo-Rey fit allégeance à sa Majesté Abdoulaye Lamido de Rey Bouba, cela déferla un scandale à nul autre pareil qu’un certain média qui a pignon sur rue dénonça de vive voix la violation flagrante des principes régaliens qu’il qualifia d’actes incongrus, inconvenants en de propos attentatoires à l’honorabilité à savoir, je cite : ‘’La République à genoux ‘’ fin de citation.

Moralité : Un Ministre de la République sous l’autorité d’un Lamido, cela ne se peut pas. A moins de prêter le flanc et d’être complice de la violation des principes justes, pour être l’objet des critiques propices et de railleries sarcastiques.
Vous souhaitant bonne réception de la présente, veuillez agréer Monsieur le Ministre l’assurance de notre haute considération. /-

Rejoignez notre newsletter!