Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 04Article 524890

General News of Saturday, 4 July 2020

Source: camerounactuel.com

Cameroun : les langues se délient après l'assassinat de l'étudiante Ngah Akoa


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’incident est survenu alors que la victime regagnait son domicile après avoir retiré de l’argent qu’on venait de lui envoyer.
C’est autour de 19 h, le 1er juillet 2020 que Célestine Ngah Akoa, étudiante en master I droit privé a été brutalement arrachée à la vie. Agée de 21 ans et résidente dans l’une des cités universitaires jouxtant l’amphithéâtre 700 de l’université de Yaoundé ll-Soa. Sa cité n’a pas de nom mais elle est située entre « Cesar city » et « Delona City ». En sortant le 1er juillet dernier, elle allait récupérer l’argent que venait de lui envoyer sa mère.

Il se pourrait que la victime a retiré .une énorme somme d’argent devant le regard de ses agresseurs. En rentrant, la victime a été suivie par ses bourreaux, munis d’armes blanches. En essayant de la déposséder de ses. sous, au cours de la malheureuse rencontre qu’elle fait à un jet de pierres de son domicile, elle leur a opposé une certaine résistance.

Ne se sentant pas de joie face à son insoumission, ils lui ont assené quelques coups de couteau au niveau de la gorge. Une fois le butin récolté, les infortunés ont disparu dans la nature. La pauvre a autant que faire se peut tenter d’empêcher son sang de continuer de s’échapper de ses mains tout en poussant des cris d’alerte.

Ce sont des voisins Ismaël et Ibrahim qui volent à son secours mais en vain. « La route que nous empruntons pour aller soit au campus soit hors du campus n’est pas très éclairée. C’est la raison pour laquelle, je ne sors jamais seule à une certaine heure. Mais j’avoue que même moi je ‘ serai probablement morte, si j’étais sortie. À cette heure, je n’aurai jamais pensé pas faire une rencontre aussi dangereuse », a précisé Adeline Minfoumou, étudiante et résidente dans une cité voisine à celle de la victime.

Selon un communiqué du recteur de l’Université de Yaoundé 2, le Pr. Adolphe Minkoa She, le drame s’est déroulé hors du campus sur la route menant au bloc résidentiel situé en face de la salle des Actes. Lorsque Célestine Ngah Akoa est découverte par des voisins baignant dans son sang, elle est aussitôt transportée au centre médico-social d’arrondissement de Soa situé dans le campus, l’étudiante a rendu l’âme aux environs de 22 h.

Les forces de maintien de l’ordre compétentes ont été saisies par la hiérarchie de l’université de Yaoundé II et une enquête a été ouverte par la division régionale de la police judiciaire pour le Centre. Hier, en présence des forces de maintien de l’ordre, il a été constaté que ses numéros de téléphone sont toujours actifs. Décidément, l’insécurité a fait son lit dans cette ville, les étudiants et étudiantes sont plus visés, ce n’est pas le premier cas.

Bien avant elle, il y a eu le cas Laetitia, et qui suscite des interrogations, « C’est le remake de la mort de Laetitia ou quoi ? ». Même en dehors de la ville des Soa, les étudiants de cette Université n’échappent pas, le.dernier cas en date est celui de la jeune Jeannette Blanche Ngo Bassingha, 19 ans. Cette étudiante de l’université de Yaoundé ll-Soa en faculté des Sciences juridiques et politiques a été brutalement assassinée très tôt le matin du 22 novembre 2019 aux environs de 6h00 au quartier Ngousso, au lieu-dit fin cimetière.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter