Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 14Article 548737

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 14 October 2020

Source: Koaci.com

Cameroun : les dessous de la neutralisation du 'Général Ayekeh'

Le «général» Ayekeh présenté comme un redoutable terroriste a été tué par l’armée camerounaise le 13 octobre 2020 dans son camp retranché non loin de Wabane, département du Lebialem, région du Sud-ouest, après deux jours de traque.


Selon une source sécuritaire, le combattant sécessionniste Ayekeh Lestico connu sous le nom de « General Ayekeh » alias « Man Pass gun » qui dirigeait les « Gorillas Fighters » une branche armée des combattants séparatistes, a été victime d’un raid militaire effectué par le Bataillon d’intervention rapide (Bir, une unité d’élite de l’armée camerounaise) le 13 octobre 2020.


Il régnait en seigneur de guerre dans les forêts du Lebialem, « le général Ayeke a été tué lors d’un raid mené par l’armée non loin de Besali, dans l’arrondissement de Wabane département du Lebialem région du Sud-ouest », déclare à Koaci une source militaire qui a requis l’anonymat.


« L’opération était risquée au regard de la dangerosité que représentait le redoutable chef sécessionniste qui détenait plusieurs otages », poursuit sous anonymat le contact de Koaci.


En effet, Ayekeh était connu pour sa brutalité et sa cruauté. Il aimait transformer les femmes enlevées en esclaves sexuelles pour assouvir ses désirs. Il n’hésitait pas à s’en vanter dans les vidéos sur les réseaux sociaux.

« Ayekeh n’hésitait pas à filmer ses atrocités pour les diffuser sur les réseaux sociaux. Certains otages ont même affirmé avoir été violés par cet homme », indique un élément du Bir.

Mardi soir, la télévision à capitaux publics a triomphalement annoncé la mort de ce général qui rêvait de l’Ambazonie.

« Ayekeh dirigeait un groupe de violeurs, éventreurs et égorgeurs. C’est un grand coup que l’armée vient de réaliser », commente un autre militaire.


Selon les sources militaires, Ayekeh a tué plus de 100 personnes. Chassé des chefs traditionnels. Détruit et incendié des dizaines de bâtiments administratifs et salles de classes.


Libération d’otages


Dans le même temps, le raid de l’armée contre le camp retranché du général ambazonien Ayekeh a permis la libération de 13 otages dont des femmes âgées de 16, 18 et 24 ans. Et, de récupérer un arsenal militaire.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter