Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 06Article 586717

Actualités Régionales of Tuesday, 6 April 2021

Source: cameroonintelligencereport.com

Cameroun: les attaques de Boko Haram s'intensifient dans l'Extrême-Nord

Les membres de la secte Boko Haram Les membres de la secte Boko Haram

Le groupe armé islamiste Boko Haram a intensifié ses attaques contre des civils dans les villes et villages de la région de l'Extrême-Nord du Cameroun depuis décembre 2020, tuant au moins 80 civils, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Le groupe a également pillé des centaines de maisons dans la région. Le gouvernement devrait prendre des mesures concrètes pour à la fois accroître la protection des communautés vulnérables et assurer une réponse des forces de sécurité respectueuse des droits face à l'aggravation de la violence.

«Boko Haram mène une guerre contre le peuple camerounais à un coût humain choquant», a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse principale sur l'Afrique à Human Rights Watch. «Alors que la région de l'Extrême-Nord du Cameroun devient de plus en plus l'épicentre de la violence de Boko Haram, le Cameroun devrait adopter et mettre en œuvre d'urgence une nouvelle stratégie respectueuse des droits pour protéger les civils en danger dans l'Extrême-Nord.

Human Rights Watch a documenté comment un kamikaze de Boko Haram a fait exploser des civils en fuite, des dizaines de pêcheurs locaux ont été tués à coups de machettes et de couteaux et un chef de village âgé a été assassiné devant sa famille. Les recherches suggèrent que le nombre réel de victimes est beaucoup plus élevé, étant donné la difficulté de confirmer les détails à distance et que les attaques ne sont souvent pas signalées.



Du 25 janvier au 25 février 2021, Human Rights Watch a interrogé par téléphone 20 victimes et témoins de 5 attaques de Boko Haram depuis la mi-décembre dans les villes et villages de Blabline, Darak, Gouzoudou et Mozogo dans la région de l'Extrême-Nord également 4 membres de la famille des victimes, 2 travailleurs humanitaires et 5 militants locaux. Human Rights Watch a également interrogé 2 victimes et un témoin de violations des droits humains dans la région par des soldats camerounais. Human Rights Watch a examiné les rapports d'organisations humanitaires et autres organisations non gouvernementales et des rapports des médias locaux sur les attaques dans la région et a consulté des universitaires, des analystes politiques et des représentants de l'Union africaine, des Nations Unies et de l'Union européenne.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter