Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 15Article 579835

xxxxxxxxxxx of Monday, 15 March 2021

Source: Camerounweb.com

Cameroun : les Chinois tabassent copieusement les populations de Galim-Tignère

La tension est à son comble à Galim-Tignère. Les populations et les Chinois se battent pour l’exploitation des mines d’or de la localité. De violents affrontements ont fait des blessés de part et d’autre. Nos confrères du journal Le Jour nous font le point.


Les Chinois de l’entreprise Edeng Sarl et les villageois s’affrontent sur l’exploitation des mines d’or cédées par le sous-préfet et le maire de Galim-Tignère aux Chinois. Les populations du village Ngouri-Goro, dans l’arrondissement de Galim-Tignère, département du Faro et Déo, dans la région de l’Adamaoua sont en guerre contre des chinois d’Edeng Sarl exploitants d’or dans cette localité. Ce samedi 13 mars 2021, ces populations, munies de bâton, flèches et autres armes blanches ont pris d’assaut le camp d’une entreprise chinoise exploitante d’or. Bagarre, et affrontement entre les chinois aidés par des agents de la commune d’une part et des notables du lamido d’autres.


Deux gendarmes en service à la brigade de gendarmerie de Galim-Tignère ont été blessés dans l’affrontement entre chinois et population de Ngouri-golo. Pris de panique, les exploitants chinois ont pris la fuite abandon nant leur matériel. Sur place, les populations ont incendié les en gins constitués de voitures et Caterpillar. « Nous avons appris que le sous-préfet de Galim-Tignère, le maire ont cédé aux chinois nos terres et les mines d’exploitations d’or. Nous sommes venus nous opposer à ce que nous considérons comme de la braderie de nos richesses » confie Awal Mohamadou, un jeune du village joint au téléphone par le Jour. Cette dernière ajoute que : « nous voulons que le président de la ré publique soit informé de ce qui se passe ici à Galim-Tignère.

Le sous-préfet est venu pour brader nos richesses avec la complicité de certains étrangers ici à Ngouri-Goro. Avec nos télé phones nous filmons toutes les scènes. Nous ne voulons pas de chinois chez nous pour voler nos richesses » explique l’initiateur de ce mouvement de protestation contre ce qu’ils appellent exploitation illégale des mines de Galim-Tignère. Selon les populations de Ngouri-Goro cette situation n’est pas acceptée. « Nous avons des frères qui exploitaient, ils ont été chassés par les autorités avec la complicité du maire. Certains sont en prison. Aujourd’hui, ils font venir les chinois pour récupérer toutes nos terres », explique Nassir Mohamadou, le porteparole des populations. Sur le site, ce n’est que désolation. Le camp de l’entreprise Eteng Sarl exploitante de la mine de Ngouri-Goro a été incendié et les dégâts s’évaluent selon les autorités administratives du Faro et Déo à près d’un milliard de FCFA.

Approché par le Jour, sa majesté Mohamadou Hayatou Hamadina, le lamido de Galim-Tignère, l’un des protagonistes expliqu’il s’agit de la manipulation. « Les chinois sont venus de Yaoundé avec des documents signés du ministre compètent. Il était question que les deux parties s’entendent sur l’exploitation minière. C’est à dire les chinois d’un coter et la population de l’autre. Il y a des gens qui tirent les ficèles dans l’ombre. Depuis quelques jours la tension est montée. La conséquence c’est ce qui s’est passé samedi 13 mars. Le préfet était là, il n’a pas pu résoudre le problème il est reparti sur Tignère » a confié Mohamadou Hayatou Hamadina, le lamido de Galim-Tignère. Joint au téléphone par le Jour, Nnanga Syr Marcelin, le sous-préfet de Galim-Tignère a déclaré. « Je n’ai pas l’autorisation de ma hiérarchie pour parler à la presse. Tout ce que je peux vous dire ce que les jeunes sont manipulés par un groupuscule d’hommes politiques » a-t-il déclaré.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter