Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 17Article 580633

General News of Wednesday, 17 March 2021

Source: Actu Cameroun

Cameroun : le sénat cherche un président

Apparemment, Marcel Niat Njifenji, physiquement diminué, ne semble pas disposé à poursuivre l’aventure. Il est question que Paul Biya lui trouve un remplaçant dans la région de l’Ouest. Mais qui?


Selon des sources dignes de foi, Marcel Niât Njifenji aurait informé le président de la République et président national du RDPC de son incapacité à continuer à assumer les fonctions de président de la Chambre haute du Parlement. Ainsi que nous l’écrivions déjà ici dans notre édition de la semaine dernière, le patriarche Bagangté souffre de graves problèmes de santé pour lesquels il est évacué depuis plusieurs mois en Europe, ce qui l’éloigne par la même occasion du perchoir du Sénat. Il n’a d’ailleurs pas été aperçu le 11 mars dernier lors de l’ouverture de la session parlementaire. Une situation embarrassante pour le Chef de l’Etat qui se trouve dans l’obligation de lui trouver un remplaçant.


Il faut un sénateur de l’Ouest



A cet effet, l’on apprend, des sources proches du parti au pouvoir, que Jean Nkuété, le secrétaire général du Comité central du RDPC, a été appelé en consultation au palais de l’Unité la semaine dernière. On imagine qu’il s’est agi de trouver un successeur à Marcel Niât Njifenji au cas où son indisponibilité serait confirmée. Selon les mêmes sources, Paul Biya, soucieux de maintenir les équilibres actuels au sein de l’appareil de l’Etat, tient à ce que le poste de président du Sénat, deuxième personnalité de l’Etat sur le plan protocolaire, soit maintenu dans la région de l’Ouest.

Mais le problème se pose de savoir quelle personnalité « charismatique » et bénéficiant de la confiance du président de la République pourrait y accéder. Des noms sont évoqués, dont celui d’ibrahim Mbotnbo Njoya. Le sultan des Batnouns est un homme dont le charisme ne fait l’ombre d’aucun doute. Avant de s’installer sur le trône royal, il a occupé pendant de longues années les postes de ministre et d’ambassadeur. Il devrait bénéficier de la confiance du Président. Mais l’homme n’est plus tout à fait à sa première jeunesse, et de ce fait, ne serait pas, selon certaines sources, très enthousiaste pour prendre la place de l’ancien maire de Bagangté.



Apparemment, il bouderait parce qu’il avait pensé au moment où le Sénat était mis en place qu’il était la personne la mieux placée, si son président devait venir de l’Ouest, pour occuper le poste qui, finalement, est revenu à Marcel Niat Njifenji, un ami de longue date du président Paul Biya.


Si d’aventure, le sultan des Bamouns déclinait l’offre, Paul Biya pourrait se, tourner vers François-Xavier Ngoubeyou. Le sénateur et ancien ministre aurait des accointances avec le chef de l’Etat. Même s’il n’a pas le charisme ni les états de services de Niât Njifenji ou de Mbombo Njoya, certains observateurs pensent qu’en désespoir de cause, le président national du RDPC pourrait jeter son dévolu sur lui qui a aussi, croit-on savoir, l’avantage d’être un de ses amis. Seulement, ceux qui l’ont vu ces derniers temps, sont sceptiques et se demandent si l’homme est encore capable de grimper les escaliers du palais des Congrès où siège provisoirement la Chambre haute du Parlement.

Il serait pourtant plus simple d’élever l’actuel premier vice-president, Aboubakar Abdoulaye, sénateur du Nord, au rang de président du Sénat. Mais on voit mal Paul Biya abandonnant le schéma de la gestion de son régime qui repose sur un équilibre de quatre piliers institutionnels : le président de la République originaire du Grand Sud, le président du Sénat du Grand Ouest, le président de l’Assemblée nationale du Grand Nord et le Premier ministre du Grand Littoral.

Sans oublier qu’il faut toujours tenir de la contrainte linguistique. Désigner un président du Sénat qui ne soit pas de l’Ouest reviendrait à repositionner toutes les pièces du puzzle. Même si cela n’est pas impossible, une telle hypothèse reviendrait à procéder à une redistribution ‘générale des cartes au plàn national, un chambardement qui pourrait avoir les effets d’un tremblement de terre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter