Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 01Article 538783

General News of Tuesday, 1 September 2020

Source: abkradio.com

Cameroun :'la terre n’appartient ni aux populations, ni à l’Etat'

Louis Marie Kakdeu est universitaire, écrivain, expert en questions de droit. Il évoquait la question du classement des terres par l’Etat avec la crise dans la vallée du Ntem et le refus des populations de laisser l’état concéder 66 000 hectares de terre à l’entreprise Néo Industries.


Pour réécouter en intégralité l’interview de Louis Marie Kakdeu, cliquez sur le lien ci-dessous:


ABK Radio Officiel · ASSAKO TALK – LOUIS MARIE KAKDEU – 17 08 20
Ci-dessous, quelques citations fortes entendues lors de cette interview:

« Formellement la terre n’appartient pas aux populations ».

« Pour améliorer son classement à l’indice Doing Business depuis une dizaine d’années, le Cameroun veut assainir le climat des affaires et il fallait lutter contre la corruption. Il y’avait généralement arnaque entre les investisseurs et les propriétaires terriens. D’où la décision de l’Etat de classer des terres ».

« L’Etat veut constituer des réserves foncières pour éviter que les investisseurs soient arnaqués par les populations ».

« Il n’y a pas eu une démarche participative de la part de l’Etat pour associer les populations à la gestion de la terre et c’est ce qui pose problème »

« Si là-bas dans la Vallée du Ntem, l’investisseur avait par exemple proposé aux populations d’entrer dans le capital de l’entreprise en échange de leurs terres, ça aurait été intéressant car ils en auraient profité sur des générations ».

« pour résoudre le problème c’est de reconnaître la propriété coutumière sur la terre »

« Vous ne pouvez pas savoir à qui la terre appartient. Si elle appartient à l’Etat, pourquoi indemnise t’on les populations ? Et si elle appartient aux populations, pourquoi ne peuvent ils pas entrer en sa possession ? »

« Pour moi le moyen le plus facile pour résoudre le problème c’est de reconnaître la propriété coutumière sur la terre… Cela s’est fait dans des pays comme le Rwanda ou l’Ouganda ».

« Nous ne pouvons pas continuer dans un régime foncier qui crée des crises et des conflits ».

ABK Radio Officiel · ASSAKO TALK - LOUIS MARIE KAKDEU - 17 08 20

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter