Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 15Article 608272

Actualités of Thursday, 15 July 2021

Source: Signatures n°162

Cameroun : l’opération de charme de l’ambassadeur de France

L’opération de charme de l’ambassadeur de France L’opération de charme de l’ambassadeur de France

Face à la montée du sentiment antifrançais au Cameroun, l’ambassadeur de France à Yaoundé s’est lancé depuis quelques temps dans une véritable campagne de séduction politique qui ne dit pas son nom pour améliorer ou rehausser l’image de son pays auprès des Camerounais.

Entre excursions sportives «à la découverte des villes et village du Cameroun à vélo», dons de fournitures scolaires aux élèves, de médicaments et de denrées alimentaires aux populations dans les zones reculées, conférences de presse, interventions sur les plateaux de radio et de télé, le plénipotentiaire français ne ménage aucun effort pour sauver ce qui peut encore l’être de l’image de son pays au Cameroun. Une campagne de charme qui est loin de donner les résultats escomptés tant Christophe Guillou ne reconnaît pratiquement aucun tort à son pays dans ses relations avec le Cameroun. Et pourtant les sujets qui fâchent sont légion.

Pour lui, son pays est victime des fake-news. Il demande aux camerounais de ne pas se laisser intoxiquer par cette désinformation permanente sur la France. lors du «Forum diplomatique» organisé par l’institut des relations internationales du Cameroun (iric) le 24 juin dernier, Christophe Guillou, dans un échange avec les étudiants, en a profité pour apporter quelques éclaircissements qui s’imposent selon les officiels français.

Pommes de désamour

Elles sont nombreuses et variées. En bon diplomate, l’ambassadeur de France essaie d’expliquer et de dédouaner son pays. Ainsi a-t-il révélé qu’en ce qui concerne la délivrance des visas, «3 visas sur 4 demandeurs camerounais sont accordés ». Preuve pour lui que l’information, selon laquelle les visas sont refusés aux camerounais, est fausse. Tout comme sur la restitution des œuvres d’art arrachées ou volées au Cameroun qui n’ont jamais été restituées, il rappelle la bonne foi de son pays de rapatrier au Cameroun, toute œuvre acquise de manière frauduleuse.

Concernant le Fcfa, le diplomate français ne voit aucune objection de la part de son pays, « Vous faites ce que vous voulez avec le Cfa. Vous voulez le débaptiser ? Débaptisez-le. Vous voulez faire une monnaie par pays ? Vous faites une monnaie par pays. On est très confortables avec cela. Mais si pour l’instant, il n’y a pas eu de changement, c’est que peut-être le Cfa correspond à un vrai besoin. La moitié des dépôts ont lieu en France. C’est la contrepartie de la parité fixe avec l’Euro qui donne une stabilité et évite des dévaluations ».

Il en est de même pour lui sur le plan purement économique pour ceux qui accusent « à tort » son pays de s’accaparer de tous les marchés, «la part des marchés des entreprises françaises au Cameroun est passée de 40 % lors des années 90 à 10% aujourd’hui », rétorque-t-il. Sur beaucoup d’autres sujets son excellence Monsieur l’ambassadeur essaie d’apporter à l’occasion des explications, des démentis formels dans une sorte de re-séduction apparente. il en est ainsi des problèmes de sécurité et de la présence de moins en moins supportée par les africains des soldats français un peu partout dans le continent tout comme des dérives diplomatiques de l’actuel président de la république française qui parle avec beaucoup de condescendance au président Paul Biya, qui pourrait être son grand-père ! le jeune footballeur Mbappé, après un tir aux buts raté en 8è de finale du récent championnat d’Europe des nations est subitement devenu «franco-camerounais» et prié de retrouver les champs de coton au Cameroun. Lui qui n’est camerounais que de patronyme et qui ne s’est jamais reconnu un quelconque lien avec ce pays !

Langue de bois, succès mitigé

Malgré ce lobbying du diplomate français, qui est tout à fait dans son rôle par ailleurs, il est très difficile que cette campagne «kilav» puisse porter ses fruits. Tant les ressentiments passés et actuels des camerounais envers la France sont vivaces et rougeoyants comme des braises ardentes. le langage de la vérité et du repentir aurait été la meilleure voie possible pour essayer de retourner cette situation de désamour profond. Mais le feu est attisé chaque jour davantage par rfi par exemple, qui ne loupe aucune occasion de peindre le Cameroun et son président en noir. La nouvelle génération camerounaise est plus frondeuse, plus vindicative que les anciennes, moins apte à avaler du n’importe quoi.

Alors vouloir convaincre de l’innocence avec des paroles mielleuses, des randonnées touristiques à vélo dans les villages et campagnes, des distributions de fournitures scolaires, médicaments et denrées alimentaires, ne suffit plus. Il en faut beaucoup encore par rapport à tout ce que ce pays a donné à la France, en hommes pour la défendre, en matières premières pour la conforter comme 5è puissance mondiale et dans beaucoup d’autres domaines encore comme le sport, la culture, la santé, et j’en passe. la France doit faire son devoir de mémoire.


Déclassifier les archives et enseigner la vraie histoire de la France et du Cameroun aux petits français pour qu’ils ne tombent pas aussi dans l’arrogance et les airs hautains que leurs aînés et parents affichent envers les camerounais et les africains en général. que la France se repente du mauvais rôle qu’elle a joué au Cameroun de André Mbida en passant par Moumié et autres patriotes camerounais. Sinon elle se risque d’être abandonnée par les africains, comme on le dit trivialement, un jour « seule au carrefour». Car sans l’Afrique en général et le Cameroun en particulier, la France ne serait plus la France.

Rejoignez notre newsletter!