Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 05Article 595672

General News of Wednesday, 5 May 2021

Source: Le Détective n°1162

Cameroun : l'inimaginable après Biya

L'inimaginable après Biya L'inimaginable après Biya

La scène politique s’échauffe de plus en plus sur la question de l’après BIYA au pouvoir. Des noms circulent, des accusations de tentative de rébellion aussi. Certains spéculent sur une passation du pouvoir avant l’échéance électorale de 2025.

L’on connaissait jusqu’ici les «Franckistes», ce mouvement dont les auteurs connus demandent depuis plusieurs semaines, à Franck Emmanuel BIYA, fils de l’actuel chef de l’Etat, de se déclarer candidat à l’élection présidentielle de 2025. Quelques jours plus tard, un autre groupe, avec des membres cette fois inconnus, agite la toile avec l’existence du mouvement des «Badfikaistes», présenté comme soutien au fils du premier chef d’Etat du Cameroun, Amadou AH1DJO, pour qu’il succède à Paul BIYA.

Il faut dire qu’avant l’apparition ‘de ces mouvements, un groupe armé déclarait sa volonté de renverser le pouvoir de Yaoundé par les armes. Les autorités de la République centrafricaine avaient informées celles du Cameroun que ce groupe rebelle est tapi au niveau de la frontière Est du pays et se fait appeler Mouvement pour la libération du Cameroun (MLC). Puis, les membres du MLC n’ont pas tardé à se dévoiler publiquement à travers des vidéos publiées sur les réseaux * sociaux.

MLC

Par le même canal, le politologue et géostratège, Mathias Eric OWÔNA NGUIN1 vient d’affirmer qu’une rébellion est en gestation dans le Grand Nord avec pour objectif de Couper le Cameroun en deux par le Nord, séparer celui-ci du Sud. «Voilà le mécanisme d’enclenchement de la nouvelle dynamique crise politico-militaire que des officines néo-coloniales préparent avec le MLC. Une nouvelle phase de la guerre hybride est sur le point de commencer», soutient le vice-recteur de l’Université de Yaoundé 1 en charge de la recherche, de la coopération et des relations avec le monde des entreprises.



Pas du tout d’accord avec cette sortie du Pr OWONA NGU1N1, le confrère Guibaï GATAMA monte au créneau. En réponse à l’enseignant, le directeur de publication du journal l’Œil du Sahel rétorque en disant que : «les Nordistes ne commettront pas l’erreur d’une quelconque rébellion ou insurrection pour être malicieusement écartés de la seule bataille qui vaille d’être menée en ce moment: celle de la succession du président Paul BIYA.

Hier, Boko Haram était une rébellion.. .qui devait permettre aux Nordistes d’avancer masqués pour Etoudi (Cf I.YIBE AYISSI, le prof lui-même, Dénis KWEBO…). Celte mise à l’épreuve par des accusations fallacieuses, blessantes, alors que nous payions un lourd tribut au terrorisme n’était pas seulement une erreur d’appréciation mais le résultat d’une démarche bien mûrie», regrette le patron de presse.


Tribalisme d’Etat

Dans un commentaire où il répondait à l’homme politique Parfait MBVOUM du SDF, l’économiste Dieudonné ES-SOMBA a fait une analyse concrète et objective de la situation politique du Cameroun. L’économiste est arrivé à la conclusion que le pouvoir est essentiellement tribal. De ce point, il a donc déduit que le pouvoir actuel au Cameroun est la propriété des Ekang. il explique par ailleurs que si ces derniers y associent d’autres c’est pour les aider à mieux se maintenir. Dieudonné ES-SOMBA rejoint ainsi le concept de tribalisme d’Etat de Patrice NGANANG.

L’économiste va plus loin, en affirmant que seule, la force peut permettre de reprendre le pouvoir aux Ekangs. La paix, les urnes et les élections sont une utopie. Il ne sert à rien d’espérer une prise de conscience des gouvernants parce que le pouvoir au Cameroun-est basé sur la domination de la tribu la plus forte sur les autres. Les Ekangs qui dominent ne laisseront jamais le pouvoir à moins d’y être contraints par la force, fulmine Dieudonné ESSOMBA qui démontre clairement que la seule alternative qui fait sens actuellement est celle des anglophones.

Il poursuit son analyse en désignant le principal adversaire des Ekang qui sont, d’après lui, les Bamilékés. Il estime que ceux-ci sont ceux qui ne veulent pas se soumettre à la domination Ekang. Les Bamilékés sont donc, à croire à notre analyste, la communauté à abattre. Ceci prouve à suffire que la bamiphobie est donc une réalité. 11 conclut en arguant que les Bamilékés n’ont aucun levier susceptible d’affaiblir le tout puissant groupe Ekang.

Joutes épistolaires

Des joutes épistolaires, des guerres de succession qui arrivent deux ans seulement après la dernière présidentielle, et à cinq ans de la prochaine. Preuve s’il en était encore besoin, que dans la rue et les salons feutrés, beaucoup d’esprits se projettent déjà vers l’après Paul BIYA.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter