Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 27Article 598870

Actualités of Thursday, 27 May 2021

Source: Ouest Échos n°1199

Cameroun: l’audit de la chambre des comptes, une véritable boite de pandore

L’audit de la chambre des comptes : Une véritable boite de pandore L’audit de la chambre des comptes : Une véritable boite de pandore

Utilisé comme document de base par les enquêteurs du Tribunal criminel spécial (Tes), l’audit des comptes du Fonds spécial Covid-19 commandé par le Chef de l’Etat est source de controverses.
Sa publication sur les réseaux sociaux le 18 mai 2021 voue aux gémonies certains ministres qui s’estiment victimes de cabale. Mais au-delà des critiques, cet audit illustre le degré de décrépitude avancée de la gouvernance locale au Cameroun.

Le rapport d’étape de l’audit de la Chambre des comptes, dans le cadre de la gestion des fonds Covid-19 au Cameroun, avait été adressé en mars 2021 au Président de la République Paul B1YA, son commanditaire. Ce rapport provisoire d’étape de 23 pages, a été mis sur les réseaux sociaux le 18 mai 2021, soit un jour après le début des auditions des 24 ministres appelés à se présenter au Tribunal criminel spécial (Tcs) pour fournir toutes les pièces justificatives de leurs gestions respectives des fonds mis à leurs dispositions. S’inspirant de cet audit, plusieurs responsables ministériels ont aussitôt été voués aux gémonies dans les chaumières.

Même s’il est évident que la gestion des 180 milliards Fcfa du Fonds spécial Covid-19 aura été hétérodoxe, cette situation illustre à suffisance la mal-gouvernance généralisée ajoutée à l’impunité criante dont le Renouveau fait montre depuis des lustres. Notre pays est réputé parmi les champions en matière de corruption. Ceci entraînant cela, cette corruption érigée en système de gouvernance, a fini d’appauvrir substantiellement les caisses de l’Etat, tout en endettant davantage notre pays. Mais avant d’incriminer les accusés présentés dans l’audit de la chambre des comptes, il serait bon d’interroger la méthodologie

Un rapport biaisé

Ce rapport d’audit est décrié par de nombreux experts comme étant irrégulier et mal fait. Ce rapport d’audit de la chambre des comptes ne démontre pas dans son exposé, ni la méthode d’enquête utilisée, ni son caractère contradictoire à l’égard des prestataires. Curieusement, sur les 24 ministres incriminés dans ce rapport, seuls quelques ministres sont voués aux gémonies, donnant l’impression d’une entourloupe, d’une cabale savamment orchestrée contre ces derniers.

Quoi de plus normal, car il est connu de tous que l’ambiance de fin de règne du Prince déteint profondément sur la gestion global de notre pays. Les guerres de réseaux, de clans, l’insubordination, le tribalisme, la gabegie, les intrigues et autres peaux de bananes foisonnent au sein du gouvernement. Dire que l’activité gouvernementale est un caphamaüm est un truisme. Par ailleurs, si cet audit était aussi crédible et bien fait, non seulement le Contrôle supérieur de l’Etat, et les enquêtes approfondies du Tes n’auraient pas été requises.

Cet audit a été utilisé à dessein pour nuire à certains. Cette situation tire tout son sens dans le fait que le Chef de l’Etat a depuis belles lurettes délégué sa signature » à ses créatures » qui usent et en abusent. Les nombreux doutes sur (a paternité des instructions présidentielles, ajoutent à la suspicion de règlements de comptes, ceci dans la perspective de la conquête du pouvoir après le Prince. Un dicton de chez-nous dit que quand le Chef dit de monter, tout le monde monte. Quand il dit de descendre, tout le monde descend. Mais quand il ne dit rien, chacun fait ce qui lui plait. Paul Biya est à ce titre le principal responsable de toute la zizanie managériale qui prévaut au sein du système.

Synopsis de l’audit

Le rapport d’audit de la Chambre des comptes indique entre autres que :

1- les critères de sélections des prestataires et les conditions de passation des marchés spéciaux ont été opaques, ne respectant pas les règlementations en vigueur. C’est pourquoi, au-delà des 24 ministres accusés, plus de 145 prestataires de services en rapport avec les marchés du Covid-19 sont appelés depuis le 24 mai 2021 à se présenter devant les enquêteurs du Tes pour justifier leurs états de services.



2-l’acquisition des équipements de protection individuelle (Epi) a causé un préjudice de 1 277 604 763 Fcfa à l’Etat du Cameroun. Par ailleurs, les engagements pour l’acquisition des Epi qui devaient être de 2 941 000 000 Fcfa ont été effectués à hauteur de 23 milliards Fcfa soit plus de 20 milliards de surplus.


3- S’agissant du renforcement des mesures barrières, une activité budgétisée à 70 millions de Fcfa, s’est retrouvée au 31 décembre 2020 à 383 593505 Fcfa de dépenses effectuées au profit de la société ACCENT MEDIA GROUP attributaire de trois marchés.

4- l’absence d’objectivité du ministère du commerce dans la validation de la proposition de prix faite par le MINSANTE sur les tests de dépistage du Covid-19, ont provoqué des surfacturations de services.



A titre d’exemple, pour un test Per qui coûtait 7 000 Fcfa, l’Etat a déboursé 17 000 Fcfa voire plus pour l’acquisition desdits tests.

5-S’agissant de l’aménagement des centres de mise en quarantaine dans les logements sociaux, 7 centres ont été réhabilités au lieu de 11 centres à Olembe à Yaoundé. Des commandes et prestations fictives ont été enregistrées pour un total cumulé de 134 milliards Fcfa.

6- l’entreprise YAO PHARM a reçu l’attribution du marché de livraison de 8 ambulances médicalisées alors que ce marché ne figurait pas sur la liste des prestations pré-qualifiées.

7- l’acquisition des équipements médicaux de prise en charge des patients Covid a été entourée d’une opacité criante. On a noté une incohérence pour les 2 prestataires entre domaines et sous domaines d’activité de la liste des prestataires retenus au fichier du Minsanté et les activités réelles déclarées au ministère du Commerce.

Par ailleurs, 27 marchés non enregistrés pour un préjudice de 75 millions de Fcfa ont été notés.

8- Sur la gestion de l’hygiène et l’assainissement des milieux ouverts au public, les marchés concernant Yaoundé ont été attribués à hauteur de 157 millions Fcfa aux Ets AFRICAN DISTRIBUTION COMPANY, société créée le 14 janvier 2020 et sans expériences des métiers de l’hygiène et de l’assainissement.

9- Pour ce qui est de la production de la chloroquine et de l’azithromycine, budgétée à plus de 4 milliards Fcfa, le Ministère de la recherche scientifique et de l’innovation (Minresi) n’a pas lancé la fabrication locale mais a opté pour l’acquisition en Inde de 5 millions de comprimés et coller des étiquettes du Cameroun dessus. Ce qui était en total violation des prescriptions présidentielles.

10- le ministère de l’éducation de base (Minedub) et le ministère de l’élevage, des pêches et des industries animales (Minepia) n’ont pas répondu aux demandes de la chambre des comptes. Pour ce qui est du Minât Paul ATANGA NJI, il a fallu que le premier ministre lui enjoigne de s’expliquer sur sa gestion, pour qu’il refile au Minfi les 384 millions Fcfa qu’il avait domicilié à la Bgfi-bank.

Perspectives

IN FINE, LA CHAMBRE DES COMPTES A RELEVE 30 FAUTES DE GESTION AU MINSANTE ET AU MINRESI. ELLE A RECOMMANDE L’OUVERTURE DE 10 PROCEDURES CONCERNANT LES FAITS SUSCEPTIBLES DE CONSTITUER DES INFRACTIONS A LA LOI PENALE. CE RAPPORT D’ETAPE DE LA CHAMBRE DES COMPTES MIS SUR LES RESEAUX SOCIAUX, A ETE AFFINE PAR LA SUITE, ET DOCUMENTE PAR CETTE CHAMBRE DES COMPTES.

Il va s’en dire que loin des préjugés de bases, c’est tout le système de gestion des fonds publics qui est à décrier. N’eut été les pressions des bailleurs de fonds internationaux, ces malversations financières seraient passées inaperçues. Voilà pourquoi, pour éviter les conflits de compétences et voire d’intérêts dans cet audit, le Fonds monétaire international (Fmi) et les Ong internationales avaient requis que cet audit soit réalisé par des cabinets indépendants.

Mais au-delà des effets d’annonce, il est fort à craindre que le ramdam médiatique sur la mauvaise gestion desdits fonds ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau, simplement passé entre pertes et profits, ceci au grand dam des populations qui sont les principales victimes de ces mauvaises pratiques. Qu’est ce qui peut surprendre encore dans notre pays ? L’audit des travaux de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Total Cameroun 2021 est encore attendu, malgré le scandale du report de cette compétition dans notre pays. Chiche !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter