Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 27Article 576184

Politique of Saturday, 27 February 2021

Source: focusmedia-afrique.net

Cameroun: difficile équation d'une modification consensuelle du code électoral

L’organe en charge des élections, mobilise ses troupes pour un éventuel amendement de la loi.

La circulaire 066 du 19 Février adressé aux délégués régionaux d’ELECAM et signé par Érik ESSOUSSE en dit long sur la volonté des autorités à faire bouger les lignes. Largement diffusée sur les réseaux sociaux, le document a suscité une vague de réactions de la classe politique et de la société civile.

S’il y’a un souhait qui tient en haleine la majorité des partis politiques au Cameroun, c’est bien la modification consensuelle du code électoral. Un souhait peut être difficile à exaucer par le pouvoir central de Yaoundé.

En effet, il est question pour l’organe en charge du processus électoral de tirer des leçons sur ce qui a été observé sur le terrain lors des dernières échéances électorales. Aussi, ces responsables d’ELECAM partent des expériences puisées de l’organisation et de la gestion des récentes échéances électorales et dans la perspective d’une contribution à la réforme éventuelle du code électoral au Cameroun.

Des propositions qui seront faites au gouvernement en fin février 2021. Face à cette situation qui semble inquiéter les partenaires politiques, les activités au sein des partis de l’opposition vont plutôt bon train. Mais les amendements devraient au plus vite se faire dans un appel à une réflexion consensuelle autour de la loi électorale au Cameroun.

Cependant, face à cette confiscation des institutions tant décriée par plus d’un, la classe politique s’interroge sur les leviers capables d’emmener le régime en place à se plier à une révision consensuelle dans le respect des idées des uns et des autres partis. Au-delà de tout ceci, même si le pouvoir central est favorable à une révision de la loi électorale, il devrait également l’être pour une révision de l’article 6 de la constitution qui déclare ce qui suit »le président de la république est élu au suffrage universel direct à un tour» Seul bémol, son parti est largement majoritaire à l’Assemblée national.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter