Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 20Article 568193

General News of Wednesday, 20 January 2021

Source: Mutations N°5261

Cameroun : devant le juge, elle explique comment son mari a ‘mangé’ leur enfant

L'affaire de Thérèse Amougou épouse Ndjang est comptée parmi celles inscrite au rôle le 13 janvier dernier au tribunal de première instance d'Ekounou à Yaoundé. En présence du président Gabriel Fenchou, se racontent les faits. Toutes devant la barre, l'accusation et la défense se font entendre.

Sieur Mndjang explique que son épouse l'accuse d'être le responsable de la mort de leur enfant. Chose qu'il ne reconnait pas. Après 10 ans de mariage, il ne comprend pas comment sa femme peut penser et même croire à une chose pareille. Ne pouvant plus supporter toutes ces accusations, il a donc décidé de demander le divorce. Pour le cas de la dame, aujourd'hui mère de deux enfants au lieu de trois, c'est son mari qui est à l'origine de la mort de leur fils. Elle rappelle que c'est depuis l'an 2013 que les enfants présentent des malaises mystiques à la maison. Et que ce n'est pas seulement pour celui qui est décédé, même l'aîné fait la maladie. "Il arrive parfois que les enfants se réveillent en sursaut tout en hurlant : maman cache moi, maman cache moins c'est papa qui me tape", fit-elle savoir.


En 2015, l'un des enfants décède. Et le même schéma commence à se reproduire avec notre fils aîné de 9 ans aujourd'hui. Voilà autant de choses qui me font soutenir mes propos et mon époux que voici est un homme de Dieu. Il a organisé des veillés de prière pour d'autres malades mais jamais fait pour son propre fils. Le jour qu'il décide de faire venir les hommes de Dieu à la maison, l'enfant décède la nuit. Le 1er janvier 2020, il décide de quitter la maison familiale.

Pour ce qui est du divorce proprement dit, dame Ndjang ne s'oppose pas à la demande de son époux, sauf qu'elle demande une ration alimentaire de 40 000 par mois pour les enfants et la prise en charge de ces derniers. Après avoir entendu les deux parties, le président décide de confier la garde des enfants à la mère et pour le père lira un chronogramme lui autorisant les jours de visite à la maison. L'affaire est donc renvoyée le 10 février prochain pour délivrance de perquisitions.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter