Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 15Article 505363

General News of Wednesday, 15 April 2020

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : destin funeste des Bamilkés du régime Biya

Selon le Journal Jeune Afrique, les deux derniers présidents du Cameroun ont eu à collaborer avec des cadres Bamikés. Le journal précise que ceux qui ont eu a travailler avec Paul Biya sont soit décédés, soit mis sous l’éteignoir.

Pourtant, tous les régimes ont gouverné en s’appuyant sur les Bamilékés. Un ex-conseiller juridique à la présidence de la République sous Ahmadou Ahidjo, puis sous Biya, rappelle que les deux présidents ont eu chacun « leurs » Bamilékés, qui ont toujours fait partie de la crème de l’élite et du premier cercle du pouvoir.

Il se souvient ainsi de l’inamovible ministre de l’Intérieur d’Ahmadou Ahidjo, Enock Kwayep, aux affaires sans discontinuer pendant plusieurs décennies. Ou encore de son très proche conseiller de l’ombre Samuel Kame. Réputé rude et connu pour ses outrances verbales, il était si dévoué à Ahidjo qu’après le départ de ce dernier il n’avait pas souhaité se mettre au service de Paul Biya.

Pour notre conseiller, le casting était plus prestigieux sous Ahidjo, avec des personnalités fortes comme Victor Kamga, ministre de la Justice du premier gouvernement postindépendance, en 1960, qui sera démis de ses fonctions de ministre de l’Information en 1966, puis jeté en prison.

En comparaison, les Bamilékés de Paul Biya semblent bien pâlots. Certes, on a connu la bouillonnante Françoise Foning, femme d’affaires et maire de Douala IV, Tchouta Moussa, ex-directeur général de l’Office national des ports du Cameroun, et Augustin Kontchou Kouomegni, ex-ministre de la Communication, ardents défenseurs du régime. Les deux premiers sont décédés, le troisième ne fait plus guère parler de lui.

procès. Si les partisans de Marcel Niat Njifenji, deuxième personnalité de l’État, veulent bien croire qu’il tire les ficelles en coulisses, ses détracteurs, eux, le disent « inoffensif et inaudible » à cause de son passé de directeur général de la société d’électricité Sonel, rebaptisée Eneo (son immense fortune viendrait de la fourniture à ladite Sonel, via sa propre société, d’eucalyptus utilisés comme poteaux électriques). L’homme passe l’essentiel de son temps dans son ranch de Nkafeng, à une vingtaine de kilomètres de Bangangté, à régler les litiges dans les chefferies voisines.

TANT QU’IL VIT, LE PRÉSIDENT NATIONAL DU PARTI RESTE LE CANDIDAT NATUREL À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE.

Secrétaire général national du RDPC, Jean Nkueté non plus n’est pas épargné, ni par « ses frères » ni par des personnes de l’ethnie du président, qui lui font régulièrement des procès en incompétence. « Pourtant, relève le politologue Manassé Aboya Endong, excepté le défunt Charles Doumba, il est le plus influent des secrétaires généraux que le parti ait connus. Discret, il reste un conseiller très écouté. » Biya et Nkueté cheminent ensemble depuis quatre décennies.

De tous les collaborateurs du président à la primature, il est l’un des rares encore à ses côtés. « Niat et Nkueté considèrent Biya comme un frère et ne le trahiraient pas pour suivre un son de cloche tribal, ajoute Aboya Endong. Tant qu’il vit, le président national du parti reste le candidat naturel à l’élection présidentielle. Une révolution de palais n’est pas envisageable. Si des prétentions devaient se manifester, ce serait forcément en dehors du parti. »

Au Cameroun, il suffit parfois de se rêver un destin présidentiel pour trouver « ses Bamis ». C’est le cas de Joseph Owona, chancelier de l’université de Yaoundé au milieu des années 1980. Lui se tourne vers Bernard Fokou, propriétaire de la célèbre boucherie Ben le boucher. Il lui obtient l’exclusivité de l’approvisionnement du restaurant universitaire en produits frais.

Fokou se lance, par la suite, dans la quincaillerie. Encarté au RDPC, ce dernier détient aujourd’hui la plus grosse entreprise à capitaux camerounais. Son nom apparaît souvent dans la bien connue sous-commission de l’intendance et de la logistique, qui réunit les militants les plus fortunés et se charge du financement des événements d’envergure organisés par cette formation politique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter