Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 13Article 566801

General News of Wednesday, 13 January 2021

Source: Œil du Sahel N°1458

Cameroun : des militaires poursuivis pour vol en coaction

L'affaire est portée devant la justice au mois d'octobre 2020. Le nommé Oumarou Yaya, éleveur domicilié dans la localité de Baka, arrondissement de Tcholliré, département du Mayo-Rey décide de poursuivre monsieur Hamidou et ses complices pour " tentative d'escroquerie, rétention sans droit de la chose d'autrui, vol en coaction, dénonciation calomnieuse et complicité". Oumarou Yaya explique que l'affaire a débuté le 29 septembre 2020. Dans son récit, il souligne que ce jour, des militaires lourdement armés font irruption dans la localité de Baka à Tcholiré située sur l'axe Ngaoundere-Touboro.


Sans aucun mandat et sans fournir d'explications, ils l'interpellent et le conduisent à Ngaoundere où il est directement détenu dans une cellule du Centre d'instruction des forces armées nationales (Cifan). Il va y rester pendant 13 jours selon ses déclarations à la justice. Pendant sa détention, il est régulièrement extrait de sa cellule pour être interrogé.

C'est au cours d'une de ces interrogations qu'il apprendra qu'il est détenu au Cifan à la suite d'une plainte d'un certain Hamidou qui lui reproche d'avoir volé son bétail. "C'est dans une cellule du Cifan et après des auditions musclées des militaires qu'il découvre le motif de son arrestation arbitraire. On lui reproche d'avoir volé 23 boeufs appartenant à un certain Hamidou. Les militaires vont lui proposer de verser la somme de 18 millions de francs soi-disant que cette somme représente les frais des bétails volés avec les frais de recherches inclus comme condition pour être libéré du Cifan. Face à son refus catégorique et sentant certainement que l'affaire pouvait virer au drame, il sera extrait de la cellule du Cifan, où il été gardé et auditionné sans procès-verbal pour être transféré à Garoua à la Légion de gendarmerie. C'est ici qu'il sera pris en charge par les éléments du Bureau d'enquête et auditionné sur procès-verbal avant d'être gardé à nouveau dans les cellules de la Brigade des recherches pendant quatre jours", souligne un conseil du plaignant.

Après avoir séjourné du 13 au 16 octobre 2020 dans les locaux de la brigade de recherches à Garoua, il est transféré le 17 octobre 2020 à Touboro et pris en charge par les éléments de la compagnie de gendarmerie de la localité. Cette dois, il lui est signifié qu'il est gardé à vue dans les cellules de la gendarmerie pour des besoins d'enquête. Oumarou Yaya explique à la justice que pendant son périple dans les diverses cellules du Cifan et de la gendarmerie, il a été dépossédé de la totalité de son troupeau de bœufs, un cheptel qu'il estime à 180 têtes. Selon luin ce sont les éléments du Cifan qui se sont emparés de son troupeau. "Pendant que j'étais privé de liberté, ces derniers se sont rendus dans le pâturage où se trouvaient mes bêtes, ont ligoté les bergers et tenté de conduire de force le troupeau constitué de 180 bœufs vers Ngaoundere. Face au refus des notables de la chefferie de Baka et des villageois, et compte tenu des difficultés pratiques liées au convoyage du troupeau, les militaires ont décidé de faire camper les bœufs au village Gop Rey, situé à quelques kilomètres de Baka. Mais au cours de ce déplacement, 41 boeufs vont disparaître et au moment de déposer la plainte, les militaires n'étaient plus qu'en possession de 139 bœufs", explique le plaignant.
Au même moment, le principal accusé par Oumourou Yaya, un certain Hamidi qui est poursuivi en complicité avec les militaires du Cifan, a décidé également de poursuivre son plaignant pour vol de bétail. Saisi des deux affaire, leparque des tribunaux de Tcholliré a décidé d'ouvrir une enquête et libéré Oumarou Yaya qui comparait libre désormais.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter