Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 24Article 522664

General News of Wednesday, 24 June 2020

Source: villesetcommunes.info

Cameroun : ce que représentent les femmes au sein des mairies


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Au sein des Collectivités territoriales en France, les chiffres du Haut Comité à l’égalité sont assez révélateurs. Des données qui dessinent clairement un problème de représentation des femmes dans nos municipalités. Une tendance confirmée également au Cameroun à l’issue des élections locales du 9 février 2020. Les femmes sont-elles réticentes aux responsabilités locales ou sujettes aux contingences des pays?

En attendant les résultats du deuxième tour qui doit se tenir dimanche 28 juin dans les communes encore concernées par les élections municipales, la part de femmes parmi les maires s’élève à 19 % selon les chiffres du Haut Comité à l’égalité entre les femmes et les hommes. Cela représente provisoirement une progression de deux points par rapport à 2019. Ce chiffre peut être amené à évoluer à l’issue du second tour, où les femmes représentent 47 % du total des candidats et près du quart des têtes de liste dans les communes de plus de mille habitants.

Bien que l’on constate une nette amélioration de la participation des femmes à la vie politique locale, désormais portée par l’application des règles de parité dans les conseils municipaux, les femmes peinent toujours à accéder aux postes à responsabilités. La part des femmes parmi les conseillers et les adjoints est ainsi passée de 33 % en 2001 à près de 42 % l’année dernière. Mais la fonction de maire restait encore très majoritairement masculine puisque l’on ne comptait que 17 % de femmes à la tête des mairies françaises en 2019, contre 11 % au début des années 2000. Elles sont nombreuses qui ont été portées à la tête de leurs communes. C’est le premier constat fait au lendemain de la première élection des maires. Achevé le 18 février 2020, le premier tour du processus de désignation des chefs des exécutifs communaux a marqué une forte ascension des femmes à ces postes.

Au Cameroun, la tendance est presque la meme. Une trentaine de femmes maires, 35 pour être exact en 2020. Des chiffres qui interrogent sur le modèle d’implication territoriale des femmes, la question des compétences, mais aussi le climat qui prévaut en matière de décentralisation au pays. Quelques exemples : Dans la région de l’Ouest, Gisèle Tsangue et Patricia Tomaino Ndam Njoya sont respectivement nouvelles maires de la commune de Babadjou et de la commune de Foumban. Dans le Littoral, Lisette Nkoue conduit l’exécutif communal de Baré-Bakem. A Pouma, Ngo Mboua Dorothée épouse Nyodog, du RDPC, remplace son camarade de parti, et ancien vice-président du bureau exécutif national des communes et villes unies du Cameroun, François Soman. Félicitée Sidiki Manon du RDPC a été élue maire de la commune d’Ebonè dans le Moungo. Dans le Nyong et Kellè dans la région du Centre, c’est Véronique Eliane Bikay épouse Komé qui va présider aux destinées de la commune de Dibang pour le compte du RDPC.

On peut également évoquer la désignation de Mme Akete Dibol comme maire de la commune de Mintom, dans la région du Sud. Dans la ville d’Akom II, Elise Mballa Meka garde son écharpe de maire à l’issue de la session de plein droit. A défaut d’être maire, de nombreuses femmes sont des adjointes. Dans le grand Nord, par exemple dans la mairie de Garoua 1er, Lydienne Njoume Ateke est première adjointe.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter