Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 26Article 544489

General News of Saturday, 26 September 2020

Source: camer.be/mutations

Cameroun : 'Paul Biya est la brosse à dents des hommes d’église'

Paul Biya est décidément la brosse à dents des hommes d’église. Pas ceux de l’église dite « réveillée » qui semblent réservés, mais ceux de celle qui « dort » ou est «endormie». Trouvez le bon mot. Après Mgr Kleda et quelques autres diocésains, voici que le 14 septembre 2020, Mgr Abraham Kome, évêque de Bafang (Ouest) et non moins président de la Conférence épiscopale du Cameroun, a donné ce qu’il appelle « Mon point de vue face à la situation politique de notre pays ». Très beau sujet de méditation pour politologues.

Mince alors ! Un évêque n’est pas un citoyen comme les autres parmi les autres. Il y a pourtant longtemps que l’Eglise et le pouvoir politique ont signé leur traité de non-agression. Qui a donc branché Abraham Kome ? « Le refus de donner à notre pays un processus électoral plus à même de porter aux responsabilités ceux que le plus grand nombre aurait librement choisi, apparaît comme un stratagème au service de cette pérennisation aux fruits amères pour le plus grand nombre de citoyens. », commence le prélat. La poutre, la paille et l’oeil. D’accord. A quel processus électoral le pape, son patron, est-il élu ? Des cardinaux désignés par Zeus, qui se réunissent dans les catacombes, envoient des signaux de fumée et, soudain, « Habemus papam ! » Et le divin élu est indéboulonnable, infaillible. Dieu le Père himself ! Et toute la race d’hommes en soutane, bardés des meilleurs diplômes de la terre, lui vouent un culte éternel. Donc, soumission aveugle à Dieu, insoumission à César… L’Eglise, usine de paix ? Si tel est le cas, vous laissez notre vieux Popol tranquille et nous laissons votre vieux pape tranquille.



Mgr Kome continue : « Ces derniers temps, il est demandé aux populations qui le jugent pertinent de descendre dans la rue pour y arracher un changement de cap(…)La question de savoir à quoi s’en tenir face à cet appel m’a été amplement posée. » Dis donc ! Au risque de taxer tout un évêque de Bafang de mythomanie et de le sommer de rendre public le listing de celles et ceux qui lui ont «amplement posé la question». Dites-lui qu’ils sont révolus, les temps où on allait consulter le curé sur l’opportunité d’un mariage, l’orientation d’un écolier, et on lui demandait de bénir les chiens avant la chasse, les champs pour que la moisson soit belle. En voilà un autre « oint du Seigneur » plein de morgue, revêtu de ses ornements sacrés et surtout de certitudes, qui laisse tomber comme la Pythie du haut de son trépied, ses oracles sur les têtes des pauvres mortels que nous sommes. Pur hasard de chez hasard, ce beau sermon résonne au même moment que quelque appel à l’insurrection.

Vraiment, ces gens, les Kleda, Kome et les autres petits prêtres en mal de publicité et de…cathode, commencent à me sortir par les pores. Au nom de la réciprocité, je propose que certain prolifique secrétaire à la com' du comité central du grand R s’épanche un tout p’tit peu sur ces quelques péchés mignons de notre Eglise catholique qui est au Cameroun : l’homosexualité, la pédophilie, l’embourgeoisement, la vénalité… Se lasseraientils donc de nous lire la Bible ? Si le trône les intéresse, ils n’ont qu’à tomber la soutane comme jadis le père Aristide à Haïti ou encore Fulbert Youlou au Congo-Brazzaville ! Au lieu d’avancer cagoulés comme des adeptes du Ku klux klan.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter