Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 25Article 615493

Actualités of Wednesday, 25 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : Jeune Afrique dresse un portrait humiliant de Jean de Dieu Momo

Le journal humilie le ministre camerounais Le journal humilie le ministre camerounais

• Jeune Afrique dresse le portrait de Jean de Dieu Momo

• Le journal humilie le ministre camerounais

• Jean de Dieu Mome raconte son enfance


Généralement, les ministres et personnalités à qui Jeune Afrique réserve ses colonnes se sentent flattés et honorés. Ce n’est certainement pas le cas du ministre camerounais délégué auprès du ministre de la justice Jean de Dieu Momo. Le journal panafricain classe Momo dans la catégorie des ministres des faits divers. Jeune Afrique va plus loin en indiquant dans l’article consacré à Momo, que plusieurs personnes s’étaient opposées à l’idée de lui offrir de la visibilité.

« Ministre délégué à la Justice depuis janvier 2019, il ne craint ni de fâcher ni de déplaire. Portrait d’un homme qui a fait de l’outrance son fonds de commerce et du revirement, le moteur de sa trajectoire en politique. « Pas lui ! » Beaucoup ont été surpris d’apprendre que Jeune Afrique s’intéressait à Jean de Dieu Momo, ministre camerounais délégué à la Justice. Ex-pourfendeur du régime de Paul Biya, il est surtout connu pour ses vidéos, souvent virales, dans lesquelles il se livre sans filtre ni retenue. Dans l’une d’elles, il s’émerveille d’être membre du gouvernement, se félicitant de s’être « repenti ». Dans une autre, il disserte sur l’art de déguster le Nkuii, un plat typique de l’ouest du pays », Ecrit le journal.

56 frères et sœurs

L’article a toutefois permis d’apprendre un peu plus sur l’enfance du ministre de Biya. Jean de Die Momo est issu d’une famille nombreuse. Il a 56 frères et sœurs selon les révélations de Jeune Afrique. Dans sa famille, les filles ont pour finalité le mariage alors que les garçons sont encouragés à poursuivre les études.

« Ministre du peuple » pour les uns, « politicard canaille » pour les autres, Jean de Dieu Momo se sait clivant. Alors, d’entrée de jeu, il tente de créer une connivence avec son interlocuteur, comme pour donner tort à ses détracteurs. Jovial, il déroule méthodiquement son histoire : une enfance heureuse dans une fratrie de 56 enfants dont il est l’aîné ; la détermination de son père, artisan tailleur, à les envoyer tous à l’école – même si les filles sont encouragées à se marier dès que possible ; ses pérégrinations de l’université aux prétoires, jusqu’à l’affaire des neuf disparus de Bépanda, qui le révèle aux Camerounais », écrit Jeune Afrique.

Rejoignez notre newsletter!