Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 31Article 585205

General News of Wednesday, 31 March 2021

Source: dw.com

Cameroun: Franck Biya est-il vraiment le successeur de son père?

Le fils du président Paul Biya se fait un nom sur la scène politique camerounaise. Certains observateurs pensent qu'il est en train de se préparer à prendre la relève de son père, âgé de 88 ans.

Ces dernières années, le débat sur l'identité du successeur du président camerounais de longue date, Paul Biya, est devenu un sujet de discorde politique. L'homme de 88 ans, qui occupe la fonction suprême depuis 1982, doit terminer son dernier mandat en 2025.

Jusqu'à récemment, le fils aîné de Biya a gardé un profil relativement bas. La plupart des Camerounais connaissaient peu Franck Biya, qui a travaillé comme homme d'affaires et entrepreneur.

Mais aujourd'hui, les spéculations vont bon train sur le fait qu'il pourrait se préparer à reprendre le rôle de leader de son père. Les médias sociaux ont été inondés d'images de Franck Biya en train de rassembler des soutiens pour son propre parti politique. Certaines vidéos appellent à sa candidature.

Un groupe d'hommes d'affaires, de politiciens et d'alliés du gouvernement a même formé le Mouvement citoyen des Frankistes pour la paix et l'unité du Cameroun. Dirigé par l'homme d'affaires Mohamed Rahim Noumeau, il appelle Franck Biya à se présenter à la présidence lors des prochaines élections générales.

Une tournure attendue des événements
A travers le pays, les avis divergent sur l'éventuelle accession au pouvoir de Franck Biya.

Mais c'est la manière dont se fera la transition qui inquiète la plupart des Camerounais. Si certains pensent qu'il est possible que Franck Biya passe par le processus démocratique, d'autres estiment qu'un changement de pouvoir libre et équitable est tout simplement une chimère pour la nation d'Afrique centrale.

"Il est normal en Afrique et dans le système francophone, que la France a exploité et soutenu, que [les autorités] travaillent toujours avec les enfants comme successeurs des différents présidents", a déclaré l'analyste politique Ako John Ako à la DW.

Les ambitions présidentielles de Franck Biya ne sont pas une totale surprise dans le contexte de la région. L'actuel président du Togo, Faure Gnassingbe, a été immédiatement installé à la tête du pays en 2005, après le décès de son père, le président Gnassingbe Eyadema, qui a régné pendant 38 ans.

En République démocratique du Congo (RD Congo), le président sortant Félix Tshisekedi a été élu à la tête de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) après le décès de son père, l'ancien président Etienne Tshisekedi, en 2017.

Comme pour ces cas similaires sur le continent, Ako affirme qu'il est probable que la candidature de Franck Biya au poste de son père provoque le ressentiment de beaucoup au Cameroun et aggrave même les crises actuelles du pays.

"Franck Biya devenant président va provoquer la colère de nombreux Camerounais et pourrait provoquer d'autres conflits", dit-il. "De la lutte contre Boko Haram dans le nord, les [rebelles] Seleka dans l'est et la crise [anglophone] dans le nord-ouest et le sud-ouest. Cela gardera le Cameroun en morceaux."

Une transition démocratique nécessaire
Mais tout le monde n'est pas d'accord avec cette perspective. Njang Denis, le leader du Parti d'action populaire (PAP) du Cameroun, affirme qu'il n'y a rien de mal en soi à ce que Franck Biya devienne un jour président du Cameroun. Il souligne toutefois qu'il doit être élu dans le cadre d'un processus démocratique, faute de quoi son règne serait contraire à la constitution camerounaise.

"J'aurai un problème lorsque cela deviendra anticonstitutionnel, lorsque cela deviendra un jeu de passe-passe", a déclaré Denis à DW.

La constitution camerounaise stipule que si le président quitte le pouvoir avant la fin de son mandat, c'est le président du sénat qui lui succède en dernier ressort. Depuis son indépendance en 1961, le Cameroun n'a connu que deux chefs d'État. Le premier président du Cameroun, Ahmadou Ahidjo, a nommé Biya à la présidence du Cameroun en 1982, après la démission de ce dernier. Biya a ensuite consolidé le pouvoir lors d'une tentative de coup d'État mise en scène en 1983-84 afin d'éliminer ses rivaux. Il a finalement introduit un système multipartite au début des années 1990, mais les politiciens de l'opposition ont longtemps allégué des irrégularités de vote.

Biya occupe son poste depuis près de 30 ans et a modifié la constitution de son pays pour lui permettre de se représenter indéfiniment. M. Denis craint que le prochain président du Cameroun ne suive la même voie.

"Nous ne voulons pas du même scénario où Ahidjo a préparé le terrain pour l'arrivée de Biya... Je ne veux pas d'une situation où nous aurions l'impression d'être dans une monarchie", a déclaré M. Denis.

Un processus équitable pour tous
Cependant, tout le monde n'est pas aussi préoccupé par les éventuels écueils de la candidature de Franck Biya. Pour le professeur d'histoire camerounais Kedia Robert, tout le monde a le droit de se présenter aux élections - et Franck Biya ne devrait pas être automatiquement discrédité parce qu'il est le fils du président.

"Franck Biya est un Camerounais", a déclaré M. Robert à DW. "Il a son droit légitime et son droit politique de se présenter à n'importe quel poste. Nous ne pouvions pas le discréditer parce que son père est un président."


M. Robert rappelle des situations similaires dans le monde où les enfants d'un ancien président en exercice ont finalement assumé le même rôle, notamment la famille Bush aux États-Unis et le président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui a été élu après la mort de son père en 2009 - bien qu'il ait été accusé d'irrégularités dans le scrutin.

"Ce ne sera pas un problème au Cameroun", a déclaré M. Robert. "C'est la démocratie. Si les gens votent pour lui, alors c'est bien".

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter