Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 05Article 546487

General News of Monday, 5 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : Fame Ndongo soupçonné d’avoir détourné plusieurs milliards

L’information a été publiée par le site Coupsfrancs.com qui indique avoir pour source le lanceur d’alerte Boris Bertolt. Le ministre de l’enseignement supérieur aurait lui-même avoué des actes de détournement selon ses détracteurs.


“ Ils se moquent sans cesse de nous et ça devient maladif. Maladif pour cet enrichissement abusif sans cause propre, vaquant d’opulence en opulence dans un océan de misère. Famé Ndongo vient encore de faire une crise de concussion, de détournement de l’argent public, et il l’a lui même publiquement annoncé. Et vous savez que ces super patriotes ne défrichent qu’en Milliards.
Lors d’une conférence conjointe MINEDUB, MINESEC, MINESUP et MINCOM, notre chancelier des ordres académiques affirme que “La somme de 6 milliards a été répartie entre les 8 universités d’État dans la lutte contre la covid-19”. Dit-il vrai ? Ça c’est une autre histoire. Il ne va pas s’arrêter à cette affirmation, il précise plus loin que “La construction des bâtiments et les équipements pour la bande passante ont coûté 2 milliard et demi par université.” Cette fameuse bande passante, il y tient tant.


Connaissant comment sont ces sclérosés profiteurs des biens publics, cette expression sonne bling bling pour son entendement et donc l’utiliser pourrait impressionner. D’ailleurs le même Fameux n’a pas manqué de déclarer que “Les centres medico-sociaux ont été rénovés et dotés d’équipement high-tech”.
À part les thermoflashs ces centres n’ont vu aucune innovation. Tous ces mensonges n’ont pour seule finalité que de justifier la privatisation de l’argent public par le biais du prétexte de COVID.


De mars à septembre 2020, six milliards ont donc été répartis entre nos huit universités d’État dans le cadre la lutte contre la COVID 19. Posez la question aux membres de la communauté universitaire ou académique, car c’est pour leur protection que cette dépense a été engagée. Les universités ont-elles distribués des masques aux étudiants ou aux enseignants ? Ces derniers ont-ils perçu des solutions hydro alcooliques, fussent-elles des gels hydroélectriques ? Quid des cours en ligne, les étudiants n’ont eu des facilités que celles dont les enseignants ont bien voulu leur accorder en mettant à leur disposition le support de l’enseignement dans de groupes whatssap crées pour cette circonstance.


Et c’est l’occasion de féliciter les étudiants délégués d’amphi et délégués des groupes de TD qui ont su jouer les relais entre les enseignants et leurs camarades en cette année particulière. Un travail gratuit qui vaudrait pourtant une petite pensée de la part des milliardaires en fonds publics.
Les seuls dispositifs nouveaux dans les campus ont été la présence des grandes cuves d’eau et de savon dans divers coins de universités et quelques fois des groupes de surveillance du port de masque.
Mais ne vous y trompez pas, ce sont là des marchés publics gagnés par ces recteurs et leurs proches.


Mme le recteur de Bamenda a été prise au dépourvue par la fermeture des frontières au mois de mars alors qu’elle était aux USA pour des raisons privées, elle en est revenue la semaine dernière seulement. Son intérimaire pouvait-il s’amuser à gérer un quelconque fonds ? J’en doute au regard de la façon dont Mme le recteur gère cette institution comme l’épicerie familiale.
D’ailleurs les Ambas imposaient déjà un climat de respect des mesures barrières. L’autre dame recteur de l’Université de Ngaoundéré, son rapport financier anti COVID a fait un détour sur la toile, c’était à proprement parler du vol. Allez en quête d’information si cette université a une ambulance et si un nouveau bâtiment y a été construit ? D’ailleurs son patron le MINESUP avait menti que l’école de Meinganga était fin prêt ( un vieux qui ment c’est laid).


À Douala, vous avez vu le recteur narguer la COVID19. On pourrait même déduire qu’il n’y croit pas, de sorte que ce recteur porte difficilement en public le masque de protection.


Toutes choses étant égales par ailleurs, rappelons à M. Fame Ndongo, sur le plan politique, il est devenu champion des réponses inutiles aux sorties de M. Kamto. En six mois ils viennent d’allumer six milliards de f cfa de nos finances publiques. Kamto en quatre mois a lancé une collecte combattue et torpillée par le gouvernement, son initiative a mobilisé moins d’un millard, mieux les 3/4 du milliard d’après les chiffres publiés par ses partisans. Mais les réalisations ont été visibles. La distribution des masques et des gels à travers le Cameroun, la distribution des appareils médicaux dans des hôpitaux privés de la République. Et les responsables de l’initiative ont rendu public un rapport général des dépenses en affirmant que des centaines de millions n’ont pas encore été utilisés et qu’un rapport détaillé parviendra à la fin de toutes les opérations. Sans oublier que les contributeurs qui veulent vérifier la moindre information ont accès à un rapport à mie parcours.


Dites à M. Fame Ndongo que Voilà où ses répliques à Kamto seraient intéressantes. Dans les faits, non dans la sémantique que lui même étrangle à la guise de ses émotions.


Quant à la bande passante où 2,5 millard ont été investi par université, ne vous faites point d’illusion, c’est le même schéma, celui des décaissements à titre privé de nos fonds au moyen des prétextes tout trouvés.
Que les camerounais exigent un audit. Que le SYNES exige un audit. Que la CONAC, le CONSUPE, le Parlement et les procureurs se saisissent de ce dossier pour enquête.”

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter