Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 05Article 525055

General News of Sunday, 5 July 2020

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : Dieudonné Essomba assomme les Betis et prédit la fin du régime


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Une partie de l’émission Club d’Elite de ce dimanche 05 juillet 2020 sur Vision 4 a été consacrée à l’analyse des déclarations tapageuses d’Amougou Belinga qui affolent la toile. Le PDG du groupe Anecdote après avoir humilié ses frères Beti, recrute des soutiens de parts et d’autres. Dieudonné Essomba invité de l’émission de ce dimanche a saisi l’occasion pour déballer tout le mal qu’il pense de l’élite Beti.


« Le président Paul Biya ne protège pas assez les tiens(...) Si vous regardez dans Yaoundé, il y a combien de boulangerie Beti? Il y a combien d'établissements supérieurs Beti? Les quelques rares qui essaient d'évoluer, c'est cette élite qui utilise le pouvoir qu'elle a pour les étouffer. C'est terrifiant. Comment une communauté peut fonctionner en espérant que le pouvoir restera éternellement entre leurs mains. Les autres ne vivent pas du pouvoir. Il faut aller au-delà de cette cabale qui est circonstancielle et poser le problème de fond. (...) On ne sait pas que ce pouvoir peut partir, il va partir. Si le pouvoir part maintenant, on n'aura quoi à Yaoundé? On leur a donné des postes par décret, ils croient que c'est leur vision seule qui compte. Il faut être à côté d'une élite Beti pour voir comment elle est insupportable. Il est impossible de lui dire "non ce que tu fais n'est pas bien " », a déclaré Dieudonné Essomba.


Amougou Bélinga avait fait des commentaires osés sur ethnie d’origine lors la présentation des immeubles qui serviront de siège pour le groupe Anecdote.
« …La plus part des difficultés que nous rencontrons viennent de nos frères de la région du Centre. L’Homme beti est foncièrement paresseux, malhonnête, sournois, cynique, méchant », avait-il déclaré avant de lancer une menace aux membres du gouvernement.


« Si je sens encore la moindre provocation, je laisserais ma casquette de patriarche et je demanderais à mes journalistes de faire leur travail et tout leur travail et personne n’oserait m’accuser de fratricide », conclut-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter