Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 28Article 530698

General News of Tuesday, 28 July 2020

Source: investiraucameroun.com

Cameroun : Adolphe Mpacko artisan des prothèses de la seconde chance

Adolphe Mpacko artisan des prothèses de la seconde chance Adolphe Mpacko artisan des prothèses de la seconde chance


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Pragmatique et réservé, Adolphe Mpacko, doctorant en médecine, dirige Boussoles Technologies. Cette entreprise qu’il a créée il y a quelques mois conçoit «?des prothèses de la seconde chance?» pour les personnes amputées.

Mais cette startup n’est pas le fruit d’une ambition mercantile, mais une affaire de cœur. Le projet d’entreprise a été motivé par le souci de son promoteur d’apporter le sourire à des âmes meurtries.

Sixième d’une fratrie de sept, le futur médecin a hérité du cocon familial la capacité à prêter une attention particulière aux souffrances des autres. Il parle de ses parents comme des personnes «?très présentes, mais surtout soucieuses de leur garantir (ses frères et lui) tout ce qui était indispensable à leur bonheur?». Il y a aussi tiré sa discrétion. Contrairement à ses pairs, qui misent sur la publicité et le branding pour se faire un nom, Adolphe a préféré se taire et travailler.

Un projet de cœur

Boussoles Technologies serait d’ailleurs parti d’un séjour effectué au Centre national de réhabilitation des personnes handicapées Cardinal Paul Émile Leger. Cette institution, basée à d’Etoug Ebe à Yaoundé, est chargée de la réhabilitation et de réinsertion socioéconomique et professionnelle des personnes en situation de handicap. Adolphe, étudiant à la faculté de médecine, y est admis comme stagiaire.

Il se familiarise avec les patients, découvre leurs plaintes, prend à cœur leurs peines et médite sur d’éventuelles solutions. Simple stagiaire, le jeune homme se contente de leur administrer les soins élémentaires requis et exprime de l’empathie pour les cas les plus précaires.

Lors de ses multiples séjours dans des hôpitaux, son attention est par ailleurs attirée par «?des chiffres extraordinaires en termes d’amputation de membres?». Ces chiffres le choquent encore un peu plus lorsque son esprit avenant constate «?que l’appareillage des patients ne suit pas?» indique-t-il.

Adolphe conclut alors qu’il existe «?un véritable problème?» à résoudre autour de «?l’appareillage des personnes amputées au Cameroun?». Impliqué dans les initiatives entrepreneuriales, il commence à rêver de Boussoles Technologies. Lors de ses différents stages, l’idée d’imprimer des prothèses 3D, très précises et fonctionnelles, pour remplacer leurs membres perdus, se clarifie.

Le jeune homme qui aurait pu choisir une carrière d’ingénieur, il y’a sept ans (en 2013, déclaré admis au concours d’entrée à l’Institut supérieur du Sahel de Maroua et à celui de la faculté de médecine, il choisit la médecine), se retrouve à tête d’un projet d’entreprise lourd de symboles.

Boussoles Technologies…

Mais dans sa matérialisation, Adolphe se heurte très tôt à des contraintes financières. Il lui faut un équipement qui coûte très cher et dont l’utilisation nécessite des compétences humaines rares sur le marché local. Très vite, il résout ces équations et se positionne en amont de la chaîne de production de son entreprise.

Son rôle, au-delà de celui de promoteur, consiste à évaluer les paramètres cliniques permettant de déterminer si le patient a besoin d’une prothèse ou pas. Pour ce faire, ses compétences en médecine sont requises. La conception de la prothèse, quant à elle, n’est pas de sa compétence. «?Elle est faite par un collaborateur qui combine les compétences d’ortho-prothèse et de design numérique?», fait-il savoir.

Aujourd’hui, Boussoles Technologies, donc le siège social se trouve Nkolbisson et les ateliers à Tropicana à Yaoundé, est enregistrée sous le régime juridique d’établissement. Son régime juridique est néanmoins toujours en mutation. Certains partenaires seraient en passe d’acquérir des actions

Perspectives optimistes

Pour l’instant, l’entreprise veut dans un premier temps maîtriser tous les contours de son métier. Mais à ce jour, la startup dit avoir déjà fabriqué quatre prothèses. Les commandes sont de plus en plus fréquentes et Adolphe trouve que le rythme actuel satisfaisant.

L’entreprise a été retenue dans un programme d’accompagnement piloté par l’Agence universitaire de la francophonie (direction Afrique centrale et Grands lacs). À l’issue de cette période d’incubation, elle pourrait accroître son savoir-faire.

Cependant, dans un contexte marqué par la pandémie liée à la covid-19, Boussoles Technologies, pionnier de l’impression 3D à usage médical, a amorcé la production de visières de protection. Ces équipements produits par impression 3D permettent de limiter les risques de contamination chez ceux qui les portent.

En attendant un retour à la normale, Adolphe, serein, continue de scénariser la croissance de sa jeune entreprise.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter