Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 14Article 589276

General News of Wednesday, 14 April 2021

Source: camer.be

Cameroun 30 après, la démocratie truquée, la corruption ancrée

La démocratie Camerounaise s’enlise, au rythme de la corruption. Un cas d’école est la gestion des fonds alloués à la lutte contre la covid19. Dans leurs livraisons, les journaux ont rivalisé de ligne de rédaction.

C’est Cameroon Tribune, le journal à capitaux publics qui fait un rappel mémoire sur la Démocratie camerounaise «30 ans de multipartisme».Le journal précise, Après l’ouverture démocratique de 1990, les premiers partis politiques ont été légalisés au premier trimestre de l’année 1991. 30 ans après, ils sont plus de 300. Avant de s’interroger De quel poids pèsent ces formations sur la scène politique nationale depuis trois décennies? Comment le retour au multipartisme a remodelé l’édifice démocratique camerounais, comment le président Paul Biya a su maîtriser les turbulences pour dessiner les contours d’une démocratie à la camerounaise, volontiers inclusive.


Un cas d’école sur la gestion de la fortune publique est sans doute les fonds alloués aux départements ministériels dans la lutte contre la covid 19. Le président de la République est intervenu, avec la création d’une Task-force, tout en instruisant le ministre de la justice à ouvrir une enquête contre les gestionnaires indélicats. La presse a pris le sujet au bond.



Déjà, on évoque l’opération Epervier, du nom de la campagne de lutte contre la prévarication de la fortune publique. Pour l’Expression Economique «L’Epervier sur les traces de 180 milliards Fcfa». C’est l’enveloppe allouée dans le cadre de la riposte contre le coronavirus. Le 6 avril dernier, le chef de l’Etat a ordonné des enquêtes Judiciaires sur l’usage de ces fonds. L’on s’achemine vers un feuilleton où certains gestionnaires encore en vie envieront sûrement les morts. Le journal Repères associe les scandales des Chan 2020-Can 2021et Covid-19 pour donner les «Lumières sur les task-forces du Palais». Après le championnat d’Afrique des nations et la Coupe d’Afrique des nations, voici la gestion de la pandémie de Covid-19 confiée à une structure ad-hoc logée à la présidence de la République. Au grand dam du gouvernement.

Tribune d’Afrique arrondit les bords en titrant «Task-force est une décision de Paul Biya». Pas d’amalgame! C’est au regard de la gestion ambiguë des fonds du Covid que le chef de l’Etat a décidé de créer une task-force à la présidence dont il est désormais le principal coordonnateur à travers le ministre d’Etat Sg/Pr. Sur les 180 milliards débloqués, 150 milliards ont été utilisés pour les primes les réunions et le carburant et seulement 30 milliards pour a la lutte. Il fallait siffler la fin de la récréation et Paul Biya l’a fait. Cependant que pour le Journal Le Soir, Task-force anti Covid-19, «Ce que les Camerounais doivent savoir». Depuis le décret du président de la République portant mise sur pieds d’une force opérationnelle pour renforcer la riposte des pouvoirs publics contre le Coronavirus, certaines officines à pamphlets sont visiblement mises en branle, à travers une vaste campagne de dénigrement lancée contre certains proches du chef de l’Etat ...

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter