Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 11Article 504730

General News of Saturday, 11 April 2020

Source: Cameroon Info

Cameroon Survival : tout sur le procès en préparation contre Atanga Nji

Le juriste installé à Paris dénonce la décision du ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji. Il l’assimile de malveillance, de haine et de jalousie


Me Christian Ntimbane Bomo ne décolère pas depuis que le ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji a décidé d’interdire des levées de fonds comme celle que le MRC a lancé pour venir en aide aux victimes du COVID-19. L’avocat camerounais inscrit au Barreau de Paris a exprimé son désaccord le 9 Avril 2020 sur Equinoxe Télévision. L’intervenant du programme de débat Equinoxe Soir a déclaré que le Cameroun se trouvait face à une situation gravissime. Il a dit que « des Camerounais sont en train de mourir » et que l’on attend du gouvernement que des mesures comme le confinement soient prises conformément aux recommandations de l’OMS.

Il a qualifié de « minable somme » le milliard de Fracs CFA que le gouvernement a offert comme contribution à la résolution de la crise sanitaire. Il a relevé sur le ton de l’indignation que des bonnes volontés ont appelé les autres Camerounais à se mobiliser mais ceux-ci ayant cotisé ont vu le gouvernement décider d’arrêter l’opération. Il fait ainsi allusion à l’opération « Survie Cameroon » lancé par l’opposant Maurice Kamto. « Il s’agit tout simplement d’un acte de malveillance, de l’expression de la République de la haine, de la République de la jalousie. Parce que c’est monsieur Kamto, il faut le dire, celui qui dit qu’il veut remplacer le président national du RDPC qui est au pouvoir. Alors il faut paralyser cette action », accuse le juriste.

Me Ntimbane Bomo rapporte qu’il a été contacté par une association française désireuse d’aider le Cameroun à lutter contre le coronavirus à condition de ne pas travailler avec l’Etat. Mais alors qu’elle avait déjà effectué un virement de 150 000 Euros la mesure du gouvernement camerounais en matière de collecte de fonds l’a amené à annuler l’opération.

Pour lui, a la loi brandie par Paul Atanga Nji est inadaptée. Il estime que l’on ne peut attendre le temps de l’examen de la demande d’autorisation de l’appel de fonds qui dure 30 jours. « La mort est là et on va prendre un délai de 30 jours pour étudier le dossier. Nous en droit, disons que cette loi est inadaptée face à l’urgence. Cette urgence qui n’est pas une simple urgence, mais une situation d’état de nécessité. En droit, face à cela on ne respecte pas la loi de moindre importance », croit-il savoir.

Christian Ntimbane Bomo pense que l’Etat utilise ici l’exception en lieu et place du principe. Il met en garde les autorités camerounaises. « Toutes les autorités camerounaises qui ne vont pas ou alors qui vont prendre des mesures ou alors entreprendre ou mettre en place des processus de blocage pour empêcher les Camerounais de se soigner, nous allons engager des procédures pénales à l’international contre eux », annonce-t-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter