Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 19Article 567908

General News of Tuesday, 19 January 2021

Source: Actu Cameroun

Camair-Co : Ferdinand Ngoh Ngoh le seul et vrai commandant de bord

La nomination des nouveaux responsables à la tête de la compagnie nationale aérienne confirme qu'il est resté depuis longtemps le seul commandant de bord.

Camair-Co : où est le commandant de bord ? Ce n’est pas le titre d’un feuilleton. Mais la vie de notre compagnie aérienne pourrait inspirer même le plus piètre des metteurs en scène tant les histoires grivoises qui jonchent la vie de cette compagnie de transport se passent de tout commentaire. La dernière en date reste la nomination le 7 janvier 2021 dernier de nouveaux responsables à la tête de Camair-Co.

Il s’agit au poste de Pca, de Jean Claude Ayem Mauger. La direction générale revient à Jean Christophe Ela Nguema comme directeur général et Alexandre Fochivé comme Dga. Du coup dans l’opinion, le profil de ces nouveaux responsables a commencé à circuler au point où certains établissent une certaine proximité avec le tout puissant ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh.

Seulement, la question qui a commencé à tarauder certains esprits est celle de savoir qu’est-ce qui a bien pu motiver ce brusque changement de l’équipe managériale et surtout si les nouveaux hommes à la tête de Camair-Co sont capables de propulser la compagnie au firmament des grandes compagnies aériennes d’Afrique ou du monde ? S’agissant du profil des uns et des autres, l’on retient que le Dga Alexandre Fochivé a déjà occupé de hautes responsabilités à la Camair-Co où il était l’un des directeurs. Pilote de profession, il jouit d’un crédit certain, même si beaucoup estiment que sa nomination tient plus à maintenir un ressortissant de la même aire géographique que le directeur déchu dans le top management.

Quant au Dg, Jean Christophe Ela Nguema, c’est un colonel de l’armée qui travaillait encore à la liaison air de la présidence de la République dont la responsabilité est d’assurer les voyages par air du président de la République. Ingénieur aéronautique, le milieu des aéronefs lui semble familier, mais de là à diriger une compagnie qui a besoin d’un souffle nouveau et des résultats positifs immédiats, il y a tout un gouffre qu’il faudra franchir. En filigrane, n’y avait-il pas une idée d’imposer la discipline militaire au sein de cette compagnie où le climat social a souvent été perturbé par des problèmes d’arriérés de salaires ? Si tel est le cas, le casting est d’emblée problématique.

Casseroles bruyantes

Davantage problématique, le choix de Jean Claude Ayem Mauger comme Pca l’est tant cet universitaire au cursus d’économiste, conseiller économique du président de la République traîne des casseroles suffisamment bruyantes à chacun de ses passages. En effet, cet homme au crâne dégarni, collectionne des casseroles des scandales à la pelle. L’on se souvient encore comme si c’était hier, que cet enseignant de sciences économiques fût copieusement tabassé par les étudiants en 1990 pour son excès de zèle. Il était réputé distribuer des notes microscopiques en statistiques aux étudiants.

Des notes qui variaient de 0,25 à 0,75/20 à la défunte Faculté des sciences économiques de l’Université de Yaoundé. A l’ombre, sous les ors de la présidence de la République, il va rebondir dans les chantiers de la Can 2019 où on lui attribue un rôle éminemment néfaste qui lui a valu le petit nom de « cerveau ». Très proche de Jean Marie Atangana Mebara, Jean Claude Ayem Mauger était un puissant membre de la tristement célèbre « Task Force » en charge de la gestion du dossier Can 2019.

En attendant qu’un jour ces dossiers des chantiers de la Can rebondissent, c’est à lui que revient la lourde charge de piloter l’avion Camair-Co. C’est donc cette proximité d’avec le tout puissant Sg/Pr qui fait dire à certains observateurs que Ferdinand Ngoh Ngoh garde la main sur la compagnie nationale aérienne de transports. Toutefois, le constat fait par les mêmes observateurs fait état de ce que ces mouvements à la tête de la Camair-Co surgissent toujours lorsque le chef de l’Etat décide de donner une nouvelle impulsion à la compagnie.

Cette fois, informent nos mêmes observateurs, c’est la signature des accords aériens entre le gouvernement de la République du Cameroun et le gouvernement des Emirats Arabes Unis relatifs aux services aériens entre les 2 territoires respectifs qui aurait poussé Ferdinand Ngoh Ngoh à positionner ses pions afin de contrôler le magot que nécessite une reprise sereine des activités à Camair-Co. Cela veut dire acheter des aéronefs avec les rétro-commissions qui vont avec, sans oublier la gestion de la dette abyssale que traine la compagnie comme un boulet.

Mouvements inexplicables

D’ailleurs nos mêmes observateurs soutiennent que chaque fois qu’on a projeté un renflouement des caisses de Camair-Co, il y a toujours eu ces mouvements inexplicables à la tête du management de la compagnie surtout depuis l’arrivée de Ferdinand Ngoh Ngoh au secrétariat général de la présidence de la République.

Illustration : des banques camerounaises acceptent d’accompagner la Camair-Co sous l’ère Akame Mfoumou-Mboto Edimo, ce dernier, Dg, est foudroyé alors qu’il tentait de se jouer en marge de son Pca Edouard Akame Mfoumou. Frédéric Mboto Edimo est abattu et remplacé par Jean Paul Nana Sandjo, un camarade d’enfance de Ngoh Ngoh. Sauf que leur lune de . miel est de courte durée, puisqu’après avoir conduit de mains d’expert le fameux projet de redressement de Boeing qui a reçu le très haut accord du président de la République, Jean Paul Nana Sandjo est lui aussi envoyé à l’échafaud par une coalition Mebe Ngo’o-Ngoh Ngoh.

Le Sg/Pr désormais totalement au contrôle de la compagnie ne va pas trop supporter les caprices d’Ernest Dikoum. Il va le remplacer au débotté par un de ses pions, Louis Georges Njipendi Kouotou qu’il a emmené dans ses bagages lorsqu’il arrive à la présidence de la République. Entre son poste de Pca et de Dg plus tard, il était évident que ce dernier ne pouvait prendre aucune initiative pour gêner les intérêts de la coterie.

A l’heure de’ la signature des accords aériens avec les Émirats arabes unis, avec tous les avantages que Camair-Co pourrait y engranger, il a paru opportun d’y placer des nouveaux hommes plus dociles et plus courtois de la trempe d’Ayem Mauger. Feuille de route : acquisition dans les plus brefs délais de nouveaux aéronefs, traitement de la dette, audit, ouverture du capital. Ce n’est pas forcement magique. Ainsi va le Cameroun et sa compagnie aérienne.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter