Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 06Article 586759

Politique of Tuesday, 6 April 2021

Source: www.camerounweb.com

'Cabral Libii est un égoïste qui ne pense qu'à son confort'

Le Dr Roland Ekodo Mveng estime que Cabral Libii est un politicien égoïste qui ne pense qu'à son confort. Lecture !


Quand je critique Cabral Libii, certains Militants du PCRN disent que je fais de l'acharnement comme si j'avais un problème personnel avec lui. Que non. En chrétien,Je l'estime beaucoup.

C'est un grand frère académique que j'ai longtemps apprécié à l'époque et côtoyé dans les campus, médias et la société civile au Cameroun. Il s'est d'ailleurs montré très gentil avec moi. Il m'a proposé d'aller animer dans Radio campus son ancienne émission, mais je n'avais malheureusement pas le temps. Ensuite il m'a clairement sollicité dans son équipe de campagne en 2016 et, nombreux ne savent pas qu'avant, je le défendais bénévolement dans les émissions de radio au Cameroun pendant que nombreux le présentaient comme un indic qui a trahi la cause des étudiants à l'époque. Je prends à témoin le journaliste Cyrille Chatelain Ewolo.
Donc en tout état de cause, pour toutes ses offres sympathiques à mon endroit, et si je militais par affect,ou à l'aune des calculs et considérations personnels,il est des personnes que je n'interpellerais jamais dans l'espace public ou que je ne saurais trahir.Et il en fait partie.
Mais pour ma part,la république est plus grande que mes intérêts personnels et mes amitiés avec ceux qui bétonnent l'inertie et l'autoritarisme. Ensuite le Cameroun a longtemps souffert de la compromission d'opposants fantoches à la solde du pouvoir.

C'est pour cette raison que je traque littéralement tous les imposteurs,farceurs et arnaqueurs,fût-ils de mon ethnie,de ma tranche d'âge ou des anciens bienfaiteurs.

Pourquoi je critique Cabral Libii?
- De un il est un humain et donc critiquable comme moi également.
De deux,parce que je critique tous les hommes politiques au Cameroun.
Troisièmement,parce que lui même est le pape des polémiques et des évaluations. Pour illustration,Il a critiqué jour pour jour Mikoa Shé et Joseph Owona à la FECAFOOT.

-Ensuite parce qu'il a un discours très fluctuant truffé de paradoxes et contradictions depuis son entrée en politique.

Il disait à l'époque où il se faisait le porte-voix d'Abdouraman et Bell Joseph Antoine que la réforme des textes de la Fédération est indispensable avant tout scrutin sans inviter les délégués régionaux à surveiller le processus électoral,autrement Tombi Aroko triompherait sans gloire,et au moyen de la tricherie. C'est le même qui déclare aujourd'hui que le code électoral qui régit les scrutins nationaux et où les enjeux de démocratisation,de développement et de circulation des élites sont colossaux n'est pas "la panacée"

Il a dit en 2018 que fort de ses inscriptions massives,il viendrait à bout du candidat sortant avec ce code électoral. Mais tout le monde connaît la fin du film.
- Il a déclaré que c'est l'opposition qui aurait remporté l'élection. Mais on ne l'a pas vu affecté par l'investiture du candidat sortant Paul Biya. Ni même se joindre à la revendication du hold up du MRC. Il faut dire que le même qui disait détenir les PV qui lui donnaient vainqueur avait curieusement abandonné le contentieux électoral. Pour quelqu'un qui fait foi aux institutions et à ses preuves irréfutables c'est paradoxal tout de même. Mais passons.
Le même qui avait refusé la coalition avec Maurice Kamto à la présidentielle,était revenu nous dire un an plus tard après sa débâcle aux élections régionales,dans un communiqué sur sa page Facebook qu'il souhaite une mutualisation des force pour 2025.
-Le même qui dit que le code électoral n'est pas la panacée a voulu sauter sur une décision du TAS de février dernier pour aller assurer le comité de normalisation dont la mission est le toilettage des textes et l'arbitrage d'un scrutin transparent.

Le même homme politique qui a convoqué les leaders le 1er Avril pour une réflexion sur la modification du code électoral,répondant même au passage au Minsup qu'il rallierait ses collègues parlementaires acquis à cette cause à une proposition de révision législative du code, vous dit aujourd'hui que le code est un petit mot et que la solution ce sont les inscriptions et la surveillance du vote que les camerounais ont déjà expérimentées en 1992 et en 2018.
Il faut dire en fin que le même a dû mobiliser un bidon d'essence pour assurer son élection de député pourtant il pouvait se contenter de la surveillance et de son acte de candidature.

Nombreux ne le savent peut-être pas,mais j'ai observé empiriquement les élections présidentielle, sénatoriale, législatives et municipales Cameroun. Je suis également un politologue électoraliste. À l'époque j'ai été membre du CERCAPHI( cercle camerounais de philosophie) dirigé par le professeur Njoya Mouellé. Le professeur Mondoué vous dira que je suis très rigoureux et intransigeant dans la démarche méthodologique,dans les jugements de fait et de valeurs et surtout dans la posture morale des citoyens.

Les jeunes doivent donc se méfier des politiciens boulangers qui ne pensent qu'à leur confort personnel et qui sont prêts à sacrifier la république à l'autel de petits strapontins. Nombreux s'en foutent de la misère des camerounais et travaillent pour la stagnation et le statu quo.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter