Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 13Article 566873

General News of Wednesday, 13 January 2021

Source: focusmedia-afrique.net

CONFIDENTIEL: une bataille Franco-Française à l'origine de l'indisponiblilité des CNI

Les entreprises SCACEL et GEMALTO THALÈS ne fument pas le calumet de la paix au Cameroun.

Le mois d’Août de l’année 2016, le Délégué Général à la Sûreté Nationale (DGSN) du Cameroun, fait un saut qualitatif en remplaçant l’entreprise Française SCACEL par une autre du même pays.Le but de ce choix est l’innovation technologique, et l’autonomie visant de multiples systèmes de sécurité Visibles et invisibles.En plus, cette entreprise effectuait la production des autres titres tel que les cartes de séjours,les cartes des réfugiés,les cartes professionnelles du personnel de la DGSN,les cartes des retraits,les passeports.Cette nouvelle dimension ouvrait ainsi des possibilités d’identification électronique à multiples usages pour lutter contre l’usurpation et la fraude documentaires. 05 ans après, on semble se retrouver au point de départ, puisque le communiqué radio-presse de la DGSN rendu public le 08/01/2021 déclare: « Selon les dernières statistiques, plus de trois millions de Camerounais ayant personnellement changé des éléments de leur affiliation se retrouvent en situation de double, triple, quatruple identités et autres usurpations ». La conséquence d’une telle situation peut être la défaillance du système, les manœuvres souterraines Franco-française, le sabotage, la lenteur administrative ou la corruption qui grippe un système hostile aux changements de mentalités.Le gouvernement a reconnu la faute devant Dieu et les hommes en déclarant « malgré le ralentissement dans la production liée aux difficultés techniques,aux procédures et à la livraison du matériel, le service public de production des cartes nationales d’identités reste très actif » mais,sera-t-il pardonné ?

Avec GEMALTO et sa solution de personnalisation des cartes avec le logiciel GEMALTO INSSURANCE qui met en œuvre la technologie de gravure couleur Lazer, le Cameroun se positionait en Afrique comme l’un des pionniers dans le domaine .Ceci semble malheureusement ne plus être le cas, à cause des batailles franco-française pour le contrôle de l’indentité des Camerounais . À qui profite donc ce crime ? Pas aux Camerounais, affirme le sociologue Serges Aimé BIKOÏ qui soutient que « les transactions et interactions relatives à ces marches de délivrance de la CNI profitent aux acteurs impliqués dans la chaine Seulement , cette bataille est préjudiciable pour le bas peuple dont les CNI ne sont pas disponibles après un, deux voir trois ans ».

Des sources crédibles affirment que des sommes colossaux auraient été mis à contribution pour le règlement des crises sécuritaires aux détriment des fournisseurs,n’ayant pas à temps les charges de leur caution financière.Si cette version officielle se trouve corroborée un jour,on est donc là dans un problème Camerouno-Camerounais , car, l’établissement des cartes nationales d’identité relève de la souveraineté exclusive de l’Etat.

Maintenant,si pour des besoins techniques et opérationnels, cet Etat délègue sa production à une entreprise adjucataire,il n’empêche que l’état reste la seule « personne légitimée ». Léopold NGODJI,Phd en sémiotique poursuit en disant : « SCACEL et GEMALTO THALÈS ne sont que des acteurs figuratifs, mais qui ont entre les mains des Camerounais animés par le clientélisme, la mégalomanie, la corruption, l’égoïsme, bref des »don man » qui s’en foutent des citoyens in finie.Sinon, posons nous une seule question : pourquoi cela dure déjà et personne n’est punit ? Malheureusement, quand les éléphants bagarrent,ce sont les arbrisseaux qui se retrouvent en miettes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter