Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 02 12Article 456054

Opinions of Tuesday, 12 February 2019

Journaliste: Remy Ngono

CONFIDENTIEL: un plan d’assassinat ‘lent’ désormais lancé contre Kamto

Kamto MRC Démagogie Maurice Kamto et pluisieurs cadres du MRC ont été mis arrêts le lundi 28 janvier

Le message offensif de Maurice Kamto à la jeunesse a ravi la vedette au discours ménopausé du vieux papy Paul Biya dans son île déserte où il s’adressait à quelques fantômes somnambules regardant la télé comme une pénitence durant 18 pénibles minutes.

Coup de tonnerre dans le ciel ombrageux de son refuge du village Mvomeka où , parti par hélicoptère alors que les routes avaient été barrées , Paul Biya s’est rendu compte que Maurice Kamto était le chef de terre à Yaoundé où, bien que gardé par des éléments du GSO et les sacs de sables jonchant la rue tels des chars.

En effet, Maurice Kamto a réussi à faire un discours qui a fait le tour des réseaux sociaux, battant le record du nombre de vues de celui de Paul Biya . Un tel crime de lèse majesté a mis Paul Biya dans tous ses états. Le secrétariat général de la présidence a contacté le patron de la police, le DGSN, lequel a poussé une gueulante contre la PJ et les officiers du GSO.

LIRE AUSSI:Sérail: nouvelles révélations de Jeune Afrique sur Belinga Eboutou

Lundi matin, l’équipe la plus bandante de la torture a pris le service avec à sa tête l’officier de premier grade Nkono. Une fouille systématique a été entreprise dans les cellules. Le stylo et les feuilles blanches considérés comme des armes lourdes détenues par le professeur Maurice Kamto, ont été confisqués. Véritable abruti en quête de gloire et de promotion, l’officier de premier grade Nkono prétend avoir reçu les instructions du DGSN pour mettre Maurice Kamto hors d’état de nuire. Désormais, sans être condamnés ou même présentés à un procureur, Maurice Kamto et ses lieutenants ont été enfermés dans des isoloirs et sont désormais interdits de toutes visites.

Comment peut-on priver des hommes politiques placés en détention administrative par un préfet, de la visite de leurs avocats et épouses? Sachant que près de 200 militants déportés sont nourris à la charge du MRC et non par l’Etat comme l’exige la loi, vont-ils mourir affamés ? Qui va préparer la nourriture des leaders du MRC, sachant que les deux officiers Nkono et Odene, chargés de les éliminer ” en toute discrétion “, peuvent profiter pour les empoisonner?

Même dans une guerre, on n’enferme pas à la fois, le président, les généraux et les petits soldats. Le problème du régime Biya c’est se débarrasser ou museler Maurice Kamto, voire ses lieutenants. Pourquoi donc maintenir de simples militants au GSO, à la PJ et en prison ? Va-t-on mettre en prison les millions de Camerounais qui ont voté ou soutiennent Maurice Kamto ?

LIRE AUSSI: Crise politique au Cameroun: réunion d'urgence du Conseil de Sécurité onusien

On a accusé Maurice Kamto d’avoir organisé le saccage de l’ambassade à Paris étant à plus de 5000 km. Maintenant, on l’accuse de me servir des informations, oubliant que, même à l’intérieur du palais présidentiel, j’ai plusieurs sources d’informations. Dans les années 2000-2002, le Délégué Général à la Sûreté Nationale Pierre Minlo’o Medjo , avait même soupçonné tous ses collaborateurs d’être mes informateurs. Il avait donc décidé de confier tous les documents top secrets à sa propre fille travaillant dans son cabinet, pour éviter les fuites. Mais le lendemain même, je lisais les documents ” top secret ” à la radio. Et même quand il demandait à ses policiers de venir m’arrêter, je l’annonçais avant qu’ils montent dans leurs véhicules.

Allez même enfermer Maurice Kamto en Corée du Nord. Bâillonnez sa bouche avec le sparadrap, mais tous les jours, je donnerai de ses nouvelles, celles du GSO , GMI, DGSN.

Monsieur le DGSN, arrêtez tous vos gardiens de la paix ce matin . Confisquez leurs téléphones, mais ils iront se plaindre auprès de mes informateurs au quartier qu’ils n’ont pas de primes, et d’autres n’ont pas de salaires depuis cinq mois, parce qu’ils n’ont pas d’autorisation d’aller suivre leurs dossiers au ministère à cause de l’excès de travail.