Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 19Article 563420

General News of Saturday, 19 December 2020

Source: Actu Cameroun

CONAC : voici le secteur le plus corrompu du Cameroun

Il est talonné par ceux des affaires foncières, et des forces de l’ordre, selon le rapport sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2019, rendu public hier à Yaoundé par la Commission nationale anti-corruption (Conac).


Dans le rapport sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2019, rendu public hier à Yaoundé par la Commission nationale anti-corruption (Conac), le secteur des Finances caracole en tête des administrations les plus corrompues du pays. Il a été le plus dénoncé dans ledit rapport, avec un total de 808 appels, pour stigmatiser les pratiques de corruption le concernant. Ces

pratiques concernent l’exigence de rétro-, commissions lors des paiements au trésor, plus connue sous l’appellation de pourcentage, la perception .de pots-devin ; l’établissement de la carte de contribuable, la création d’entreprises, les impôts fantaisistes dans le domaine des impôts ; le processus de dédouanement, .la corruption des douaniers ; la corruption dans le traitement des dossiers de pensions de retraite, les paiements des factures ou les dossiers d’avancement des fonctionnaires dans les services centraux et déconcentrés du ministère des Finances.

Les Finances sont talonnées par les Affaires foncières, avec 15.7% d’appels pour stigmatiser la corruption dans le foncier, illustrée dans les affaires de double vente de terrain, des magouilles dans l’établissement de titre foncier, les arnaques dans les sous-préfectures… Les forces de maintien de l’ordre complètent le trio de tête des administrations les plus corrompues. La police et la gendarmerie s’illustrent ostentatoirement dans les contrôles routiers, dans la prévention routière, dans l’établissement des cartes nationales d’identité et des passeports, à travers des gardes à vue abusives.



10 milliards de préjudices financiers


Il importe de préciser qu’en 2019, la Conac a reçu 22 422 dénonciations dont 18 550 sur sa ligne verte au numéro 1517, et 3872 par voies administratives et électronique. Ces dénonciations proviennent des dix régions du pays et de la diaspora, avec le Littoral et le Centre dans le peloton de tête. L’on apprend par ailleurs que la corruption a causé des préjudices financiers à l’Etat de l’ordre de 10 270 732 750 (dix milliards deux-cent soixante-dix millions sept cent trente-deux mille sept cent-cinquante) Francs CFA. Il s’agit des préjudices financiers constatés par les missions de contrôle de la Conac courant 2019.


Ce dixième rapport a reçu 98 contributions en 2019 parmi lesquelles celles de l’Agence Nationale d’investigation

Financière (Anif) et l’Agence de Régulation des Marchés Publics (Armp), contre 81 en 2018. L’évaluation de l’état de la lutte contre la corruption a concerné huit régions sur dix, à l’exception des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

«L’évaluation des plans d’action régionaux de lutte contre la corruption de 2019… n’a été effectuée que dans huit des 10 régions que compte le Cameroun, en raison de la situation qui prévaut au Nord-ouest et au Sud-ouest. Nous espérons vivement le retour à la normale dans ces régions où, selon des informations en notre possession, l’insécurité fait le lit de la mauvaise gouvernance », étaye le Rev. Dr. Dieudonné Massi Gams, président en exercice de la Conac. A l’analyse comparative de l’état de la corruption au Cameroun sur la dernière décennie, celui-ci estime qu’« au départ, la corruption était taboue dans notre pays. On n’en parlait pas. Aujourd’hui nous avons suffisamment évolué. On était le pays le plus corrompu au monde et on était noté à 0. Aujourd’hui, au dernier classement de Transparency International, on est classé 38e, avec une note de 1.6/10. Mais il reste encore un important travail à faire », assure Massi Gams.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter