Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 04Article 611938

Actualités of Wednesday, 4 August 2021

Source: Aurore Plus

CNPS : voici le protégé de Louis Paul Motaze qui veut remplacer Mekulu

Jean Sylvain Mvondo dit attendre juste la publication du décret de Paul Biya Jean Sylvain Mvondo dit attendre juste la publication du décret de Paul Biya

Protégé du Minfi Louis Paul Motaze, connu pour ses multiples actes de prédation du Minepat, il dit attendre juste la publication du décret de Paul Biya.

Directeur de la programmation des investissements publics (Dpip) au ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Jean Sylvain Mvondo annonce autour de lui l’imminence d’un décret présidentiel le portant à la direction générale de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps).

Ce n’est plus qu’une question de jours, assure-t-il. Probablement après le retour de Paul Biya de son «court séjour privé en Europe».

Pour afficher autant d’assurance, le pseudo futur DG explique être challengé par l’actuel ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze. Lequel a positionné son dossier auprès du président de la République. Un faiseur de rois, en quelque sorte, qui assurerait lui aussi à qui veut l’entendre qu’il a l’oreille et la haute confiance du locataire du Palais de l’unité.

C’est le même Motaze qui, alors qu’il présidait aux destinées du Minepat (2007-2011, 2015-2018), avait emmené Jean Sylvain Mvondo dans ses valises pour l’installer au sein de son noyau dur. Modeste enseignant de philosophie des lycées et collèges, le «Docteur Mvondo» est d’abord bombardé sous-directeur du budget par son parrain puis, dès février 2016, porté au prestigieux poste de Dpip. Une fonction sur mesure.

Ainsi confortablement installé, «Docta» devient un professionnel du délit d’initiés. Avec le coup de main concupiscent de quelques cadres-maison triés sur le volet, il contrôlé des sociétés aussi diverses que les Ets Gircap Consulting, Fougère Services, Ecetrap, Soctraser, Lafontaine SCE, Safir, Avececy, Georgio et Compagnie, Génération ou encore Mury Services.

A la tête de cette galaxie exerçant dans l’habitat, les infrastructures routières, l’énergie et l’eau, il a placé des femmes et hommes de paille. Ces entreprises, disposant d’engins lourds et de camions souvent achetés en son nom propre, ont la priorité dans les marchés du Minepat, et le paiement des prestations – peu importe qu’elles soient réelles, fictives ou mal exécutées -passe toujours comme une lettre à la poste.

PRINCE DE GBADOLITE

Également surnommé «Al Capone», le Dpip est, les histoires qu’on se raconte sous cape au Minepat ont également trait a la ligne «ligne 94» du budget. Ainsi, entre les 2, 3 et 4 mars 2018, profitant du long week-end suivant le remaniement ministériel, Jean Sylvain Mvondo, alors que son parrain et patron vient d’être muté aux Finances, court s’enfermer dans le cabinet que va quitter Louis Paul Motaze.

Séance de maraboutage ou de prières ? Toujours est-il que des sources dignes de foi feront, plus tard, état de la disparition d’une somme de 39 milliards de francs, distraits en 48 heures grâce à” la magie du jeu des écritures comptables.

Devenu immensément riche, Jean Sylvain Mvondo est désormais «le prince de Gbadolite». Ce nom désigne une zone de son fief de Mkpwang, situé en banlieue de Sangmélima (Sud). C’est ici que, tel Sisyphe, il casse sans cesse et reconstruit une petite cité de milliardaire avec cathédrale assortie. Gbadolite désigne le village natal de l’excentrique Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga, l’ex-président du Zaïre devenu République démocratique du Congo.

C’est également, sans doute, grâce à ses modestes économies de fonctionnaire qu’il a offert des véhicules neufs à tous les élus du chef-lieu du Dja et Lobo, issu du dernier scrutin municipal.

Cadre local zélé du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc, au pouvoir), il se plait à dire et à faire dire qu’il inscrit ses actions politiques en droite ligne de la politique des «grandes réalisations» du président national, Paul Biya. C’est donc cet homme à la réputation sulfureuse qu’on dit bien parti pour remplacer Noël. Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, à la tête de la Cnps depuis le 7 avril 2008.

Rejoignez notre newsletter!