Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 16Article 556039

General News of Monday, 16 November 2020

Source: www.camerounweb.com

CEMAC : nouvelle crise diplomatique entre le Cameroun et le Gabon

L’information est rapportée par le journaliste et lanceur d’alerte Boris Bertolt. L’ambassade du Cameroun à Libreville a décidé unilatéralement d'imposer des visas à tous les ressortissants de la CEMAC qui embarquent du Gabon vers le Cameroun. Les autorité gabonaises ont aussi ont dans la foulée appliqué le principe de réciprocité.


C’est un scandale d’Etat qui porte un coup énorme à l’intégration régionale en zone CEMAC. L’ambassade du Cameroun a décidé d’imposer désormais les VISAS à tous les ressortissants CEMAC qui embarquent du Gabon vers le Cameroun.
Cette décision unilatérale de l’ambassade du Cameroun à Libreville a été prise sans discussions avec les autres pays de la sous région. 45000 fcfa tel est donc le montant que les autres ressortissants de la sous région doivent débourser pour obtenir un VISA vers le Cameroun.

L’information a été communiquée aux autorités gabonaises et aux compagnies aériennes.
En retour, les autorités gabonaises ont décidé d’appliquer le principe de la réciprocité en relations internationales. Les passagers en provenance du Cameroun paient également entre 45 000 fcfa et 60000 fcfa à l’aéroport de Libreville pour entrer sur le territoire gabonais.


Les autorités gabonaises sont formelles: ce sont les camerounais qui ont imposé en premier les VISA. Pour cela ils ont le devoir de se faire respecter. Contacté les diplomates camerounais soulignent qu’il faille s’adresser à Edith Félicité Noëlle Ondoua Ateba née Ngaeto Zam en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Cameroun près la République Gabonaise avec résidence à Libreville.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter