Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 25Article 598636

xxxxxxxxxxx of Tuesday, 25 May 2021

Source: camerounweb.com

CAN 2019: panique dans le sérail après la demande d'un audit de Kamto

Dans un communiqué ce mardi, Kamto a demandé que soit réalisé un audit sur l'organisation ratée de la CAN 2019.

Le président du MRC déclare que cet audit est important, au même titre que celui des fonds Covid.

Plusieurs scandales financiers ont déjà été dénoncés dans l'organisation de cette CAN.

Alors que l'opinion nationale est déjà captivée par le scandale de l'audit des fonds Covid du FMI, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun veut voir claire dans la façon dont l'argent qui devrait servir à organiser la CAN 2019 (qui n'a d'ailleurs pas pu avoir lieu) a été dépensé.

Dans un communiqué publié ce mardi soir, Maurice Kamto a demandé qu'un audit soit réalisé sur la gestion des activités liées à la CAN avortée de 2019.

'Pourquoi un audit du fonds Covid-19 et pas celui de la gestion des activités liées à la CAN avortée de 2019 ?', écrit Maurice Kamto dans le communiqué.

Une demande suscitera certainement une panique dans le sérail, notamment au niveau des personnalités impliquées dans l'organisation de cette CAN qui a fait tant coulé d'encre et de salives, en raison des multiples scandales financiers largement relayés par la presse locale et internationale.

En effet, il y a tant à dire sur les multiples scandales financiers autour de l'organisation de cette CAN. Mais le plus important est la construction du stade d'Olembe. Selon Célestin Bedzigui, l'histoire retiendra qu'au prétexte ou à l'occasion de la CHAN- CAN, il a été commis le plus grand crime économique en continu, étalé sur plusieurs années, impuni, contre notre pays.

'L'émoi du citoyen lambda sera encore plus grand lorsqu'il apprendra que les travaux sur le site d'Olembe avait donné lieu à un contrat de 163 milliards F signé entre l'entreprise italienne PICINNI, maître d'oeuvre et l'État du Cameroun, maître d'ouvrage. Au moment où ce contrat est résilié par la partie camerounaise, le maître d'œuvre italien déclare avoir déjà réalisé 90% des travaux. Le coût de l' achèvement des 10% des travaux à réaliser devrait donc ressortir plus ou moins à 16-20 milliards F, montant que raisonnablement on s'attendait à voir l'État rechercher, après bien évidemment qu'un audit aie permis d'évaluer les travaux effectués et de valider le montant des fonds nécessaires pour achever les travaux', écrivait l'homme politique dans une tribune il y a quelques semaines.

'Justifiée est donc l'émoi des populations d'apprendre que sans un audit, dans une totale opacité, le Ministre en charge est autorisé par le Chef de l'État à contracté auprès de la banque britannique Standard Chartered et la Banque Publique d'Investissement BPI France une dette de 55 milliards F au taux d'intérêt commercial de 7%. Une telle démarche révèle deux graves anomalies. La première est qu'en l'absence d'un audit et n'ayant en possession que l'information fournie par le maître d'œuvre, le montant du prêt ainsi envisagé représente 300% du montant qui aurait été nécessaire pour achever les 10 % de travaux restant d'après l'évaluation de Piccini', pouvait-on également lire dans sa tribune.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter