Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 25Article 523030

General News of Thursday, 25 June 2020

Source: lebledparle.com

Célestin Djamen recadre sèchement Joseph Antoine Bell


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

'Cher Joseph Antoine Bell, la tempête des idées confondues dans un nuage de pensées brumeuses peut facilement parfois conduire à un désert de réflexions. Nous vous invitons à reconsidérer vos propos pour le moins maladroits', a écrit Celestin Djamen ce 25 juin sur sa page Facebook.

Les propos de l’ancien gardien des Lions indomptables concernant la question de l’alternance au sommet de l’État du Cameroun continuent de susciter des vives réactions au sein de l’opinion publique camerounaise. Après le courroux de Richard Bona, c’est autour du Secrétaire aux droits de l’homme du MRC de s’attaquer à la légende de l’Olympique de Marseille. Lisez plutôt.

Monsieur Joseph Antoine Bell, avec tout le respect que le peuple vous doit pour d'immenses services rendus à la Nation, j'ai néanmoins le regret de vous rappeler que la politique est un monde bien différent de celui que vous avez connu comme footballeur de classe mondiale.

Ainsi donc, vous osez déclarer fièrement que, et je vous cite, «si l'alternance était obligatoire elle serait inscrite dans la constitution». Curieux !

Ceci m'inspire au moins deux questions.

La première c'est de savoir si tous les devoirs qui nous incombent doivent être inscrites dans la constitution ? Par exemple est-ce que l'Amour de la Patrie doit être inscrit dans la Constitution ? Est-ce que la transparence des élections doit être inscrite dans la Constitution ou ça se sous-entend ? Imaginez-vous une Constitution où il est écrit "la fraude électorale n'est pas autorisée ? Éclats de rire.

Imaginez-vous une loi qui énonce que l'amour d'une mère pour son enfant est obligatoire ou que le soldat qui va au front doit être patriote.

D'où ma seconde question, est-ce que le caractère non-écrit d'un principe fondamental, je dis bien fondamental, réduit à néant ou remet en cause ce principe ?

Monsieur Joseph Antoine Bell, l'alternance politique est consubstantielle aux élections, est-on obligé de l'écrire ?

D'ailleurs pourquoi le candidat «sortant» irait-il aux élections si son mandat était renouvelable automatiquement ou éternellement ?

Pourquoi vous est-il si difficile de comprendre cela ? Je ne dis pas qu'il vous est interdit de supporter ou de soutenir le Président actuel, beaucoup l'ont fait et le font toujours, c'est votre droit mais de grâce, daignez considérer les Camerounais comme des gens qui ont un minimum de bon sens.

Cher Joseph Antoine Bell, la tempête des idées confondues dans un nuage de pensées brumeuses peut facilement parfois conduire à un désert de réflexions. Nous vous invitons à reconsidérer vos propos pour le moins maladroits.

Bien de choses à vous.

Un citoyen libre

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter