Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 10Article 519397

General News of Wednesday, 10 June 2020

Source: www.camerounweb.com

Breaking News : Paul Chouta reste en prison, son procès (encore) renvoyé


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Nouveau rebondissement dans l’affaire Paul Chouta. Alors que le journaliste et son conseil attendaient avec impatience le démarrage du procès prévu pour ce 10 juin 2020, la rédaction de CamerounWeb vient d’apprendre que l’audience a été reportée au 24 juin après âpres discussion avec les juges qui voulaient renvoyé l'affaire au 08 juillet 2020. Calixthe Ceyala l’accusatrice et son conseil n’étaient pas au rendez-vous.

Accusé de diffamation, Paul Chouta fait un plus d’année en prison alors que la mène maximale prévue pour l’infraction dont il est accusé est de six mois.

L’appel jugé irrecevable

L’appel interjeté par la défense de madame Ngo Hega directrice de l'école "Paradis des anges" dont l'affaire été jointe à celle de Paul Chouta a été jugée irrecevable ce lundi 27 avril 2020. Le tribunal ordonne ainsi le retour à la procédure en instance pour que l’affaire soit jugée sur le fond. Paul Chouta n’a pas pu assister à cette audience de ce jour car il n’a pas été extrait de sa cellule de détention pour le tribunal.

La jonction des deux affaires (celle de Chouta et celle de la directrice de l'école "Paradis des anges" parait désormais comme une mesure dilatoire pour faire traîner autant que possible le jugement sur le fond.

Selon notre source proche du dossier, la date de la prochaine audience n’a pas été communiquée à l’accusé.


Accusé pour diffamation, Paul Chouta encourait six mois d’emprisonnement au maximum conformément à la législation camerounaise. En effet le code pénal du Cameroun stipule à son article 305 : « Puni d'un emprisonnement de six jours à six mois et d'une amende de 5.000 à 2 millions de francs ou de l'une de ces deux peines seulement celui qui, par l'un des moyens prévus à l'article 152, porte atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne en lui imputant directement ou on des faits dont il ne peut rapporter la preuve. ». Cet article précise aussi que « (2) Ces peines s'appliquent également aux auteurs de diffamation commise par voie de presse écrite, de radio ou de télévision, sans préjudice du droit de réponse ou du devoir de rectification ».

Or Paul Chouta fait bientôt un an en prison sans être jugé. Ses audiences ont été renvoyées à huit reprises soit pour défaut de présence de la plaignante, soit pour indisponibilité de l’avocat de cette dernière.
En octobre, contre toute attente, le dossier de Paul Chouta s’est retrouvé à la Cour d’appel du Centre alors que ses avocats n’ont jamais interjeté appel.
Pour plusieurs camerounais, le cas Chouta sort de l’entendement. « Depuis son arrivée dans cette prison, rien ne bouge du côté de sa procédure. Pour cause, les renvois successifs de son audience laissent à penser à un dilatoire manifeste », avait écrit le journaliste Boris Bertolt.

Le journaliste dont les jours sont en danger à la prison centrale de Kondengui depuis qu’il a été victime d’une tentative d’empoisonnement doit désormais vivre avec la peur de perdre sa femme et sa petite famille.


En effet selon plusieurs sources concordantes, Stella Tchoss, la fiancée de Paul Chouta a été violemment agressée par des individus non loin de son domicile ; son sac à main contenant son téléphone portable, de l’argent ainsi que des effets personnels a été emporté par les ravisseurs.
Quelques jours avant l’incident, la dame craignait pour sa sécurité. Elle a suspecté des personnes rôder autour de sa maison et même autour de l'école de sa fille chaque fois qu'elle allait prendre cette dernière à l'école.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter