Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 01Article 570553

General News of Monday, 1 February 2021

Source: Actu Cameroun

Bras de fer: ils veulent hériter d’un père qui ne les as pas reconnus

Les enfants d’une femme se disputent les terrains d’un notable décédé. Les plus âgés utilisent leur pouvoir d’aînés pour opérer des ventes illicites à l’insu de leur frère cadet, unique héritier du défunt.

C’ est encore très courant dans notre société, les aînés de familles qui ne veulent pas savoir que tous les enfants sont égaux devant la loi, et qu’ils ont les mêmes droits. Ils revendiquent chaque fois que l’occasion se présente leur droit d’aînesse. C’est le cas de Maurice et de Louis, deux enfants non reconnus par leur mais qui se battent pour entrer de force dans la succession d’Emmanuel, le mari de leur mère et père biologique et leur frère cadet consanguin. Ce sont les deux premiers enfants d’Adelaïde, issus de son premier mariage. L’héritage hissé par Emmanuel continue de diviser cette grande famille. Les nombreuses procédures pendantes devant les tribunaux le témoignent.

A l’origine des tensions, le grand patrimoine laissé par le défunt, constitué entre autres, des lopins de terre dans plusieurs quartiers de Yaoundé. C’est Désiré, celui-là qui se fait passer pour l’unique héritier, qui a saisi la justice pour les départager. Il sollicite l’ouverture de la succession d’Emmanuel, son père. Il a fait comparaître des témoins parmi lesquels ses oncles et tantes paternels. Cette famille nombreuse s’est donnée en spectacle devant le Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé, le 21 janvier dernier ayant pour tête de fil, Louis, qui s’oppose aux résolutions prises lors du conseil de famille.

L’histoire de brouille familiale remonte à plusieurs années, quand Adelaide épouse Philippe, son premier mari. De cette union sont nés deux garçons, Maurice et louis. Lorsque Philippe décès, Adelaide, la jeune veuve, est obligée, selon la tradition béti, d’épouser Emmanuel, son cousin. De cette idylle est né un enfant, prénommé Désiré, qui a été reconnu du vivant de son père. La veuve s’est ensuite installée dans son nouveau ménage avec ses premiers enfants. Emanuel, n’a jamais fait de différence entre l’enfant issu de ses œuvres et ceux de son cousin décédé aux dires des témoins. Le trio des garçons a grandi sans savoir qu’ils n’avaient pas le même géniteur. C’est en 2008 que la vérité a été dévoilée, suite au décès d’Emmanuel. Le notable a laissé dernière lui un grand patrimoine, qui aiguisent les appétits des. uns et des autres.


Petit frère gourmand

Louis, le deuxième fils d’Adelaïde, a procédé à des ventes abusives et illicites de terrain sans l’accord des autres membres de la famille. Ayant été mis au courant, Désiré a convoqué une assise familiale dans le but d’ouvrir la succession de son père et designer les véritables héritiers. Selon les résolutions qui ont été prises et consignées dans le procès-verbal (PV) de conseil de famille, le fils biologique d’Emmanuel, a été désigné unique héritier et administrateur des biens successoraux. Ce sont ses résolutions qui sont fortement contestées par Louis devant le tribunal.

Dans son raisonnement, l’homme de 40 ans soutient qu’étant issu d’une même femme, il a aussi les mêmes droits sur les biens d’Emmanuel que son frère cadet. De plus, déclare-il, Désiré était encore tout petit lorsque son grand frère et lui étaient en train de conquérir les terres au village. « Il est qui devant notre grand frère et moi. Je n’ai pas besoin de sa présence et son approbation pour vendre le terrain. Sa parole n’a aucune valeur. Notre petit frère est trop gourmand. Quand c’est lui qui vend les terrains, il n’y a aucun problème. Mais, lorsque c’est moi qui le fais, il alerte tout le village. J’ai aussi mes droits dans ce terrain autant que lui. Il doit apprendre à respecter ses aînés», a-t-il confié.

Enfant têtu
Désiré, qui ne compte pas lâcher prise, est bien décidé à récupérer ce qui lui appartient. Les assises familiales semblent n’avoir abouti à rien jusqu’à ce jour, et les frères se livrent une guerre sans merci. « Nous n’avons pas le même père. Leur géniteur les a reconnus de son vivant et ils ont déjà hérité de ses biens. Le problème c’est que mes grands frères ont déjà dilapidé les biens qui leur appartenaient et veulent arracher les terrains qui m’ont été légués par mon père. Ils vendent mes terres à mon insu ec à vil prix. Je veux que cela s’arrête.»

Ce qui énerve le plus Désiré est le fait que Louis continue de spolier les gens, en se faisant passer pour le véritable propriétaire des lieux. Il dit avoir mis son aîné en cellule suite à une venté illégale pour que ce dernier prenne conscience de ses erreurs, mais il n’en fait qu’à sa tête. « Mes frères ont signé des documents au commissariat où ils ont pris l’engagement de ne plus vendre mes terrains. Mais une fois libre, Louis continue sa sale besogne et me promet la mort si j’interviens dans ses affaires », a-t-il ajouté.

Prenant la parole au cours de cette audience, Didier, le frère cadet d’Emmanuel et oncle de Désiré a confirmé-les déclarations de son neveu. Il a déclaré qu’Adelaïde, la mère des garçons, se trouve actuellement dans un hôpital psychiatrique de la place à cause des agissements de ses enfants. Le chef de famille soutient en outre que Louis ne veut pas entendre raison et refuse de reconnaître son cadet comme héritier d’Emmanuel. L’affaire a été renvoyée au 28 janvier 2021 pour la suite des débats.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter