Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 23Article 543862

General News of Wednesday, 23 September 2020

Source: Actu Cameroun

Boycott des régionales : le Sdf envoie une réponse musclée à Fame Ndongo

Le secrétaire national à la communication du Rdpc avant tourné en dérision le parti de la balance lorsqu’il avait annoncé sa décision de ne pas prendre part aux élections régionales du 6 décembre prochain. Le parti de Fru Ndi lui sert une riposte très rugueuse.

«Consécutivement à sa décision de boycotter les toutes prochaines élections régionales annoncées par le régime Biya pour le 06 décembre 2020, le Social Democratic Front (SDF) a pris connaissance d’une sortie épistolaire subséquente, en date du 07 septembre 2020, du Professeur Jacques Fame Ndongo, ci-devant Secrétaire national à la communication du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc).

Au fait, c’est bien amusé, mais tout aussi intrigué que le SDF’a accueilli cette tribune pour le moins burlesque de la part de ce personnage d’un autre genre, et qui de plus en plus s’identifie désormais à un «répondeur automatique» du Rdpc. Apparemment, à focce d’utiliser des gels «hydroélectriques» au lieu des hydro-alcooliques, cette «créature» de «l’homme-lion» semble avoir été finalement «électrocutée» dans son cerveau au point d’évoluer désormais dans un monde virtuel paranormal.

Sûrement, sa (dé)formation professionnelle d’homme de lettres, couplée à une certaine hystérie devenue de plus en plus chronique et pathologique, est pour quelque chose dans cette propension au romanesque et surtout à la fiction, même là où des indicateurs saillants présagent un risque de catastrophe pour la nation.

Pour autant, le Sdf, en tant que principal acteur pionnier des temps modernes de la lutte pour la restauration du multipartisme et de la démocratie au Cameroun, ne saurait se laisser égarer par ce genre de piètres manœuvres de diversion, et qui visent évidemment à l’éloigner du peuple à qui est dédié son combat et lequel est le seul maître à qui il a des comptes à rendre. Fame Ndongo, à moins d’être amnésique, sadique ou cynique, ne semble plus se souvenir ou surtout se soucier de la mémoire des six (6) partisans du Sdf «piétinés par balles» le 26 mai 1990 à Bamenda par la soldatesque du régime barbare et sanguinaire de Biya (alias son créateur), à l’occasion du lancement inédit de ce parti historique.

Ses grotesques et ridicules gesticulations renvoient à l’image d’un primate savourant follement dans la grimace un butin arraché des mains du légitime propriétaire (le peuple) ; raison pour laquelle il ne trouve pas mieux que de narguer ce dernier ignorant que de par les lois de la nature, la joie d’un voleur parfaitement identifié n’est somme toute que précaire. L’histoire de l’humanité et des peuples ne nous apprend-elle pas que, tôt ou tard, le légitime propriétaire finit toujours par rentrer dans ses droits, qu’importent le temps et les sacrifices consentis !

A moins d’être mentalement déréglé ou déséquilibré, comment peut-on honnêtement s’extasier de la sorte et afficher autant d’orgueil et de condescendance dans un contexte aussi marqué par la misère généralisée, des massacres et autres abominations de toutes sortes comme c’en est le cas plus particulièrement dans les régions du Nord-ouest et Sud-ouest ? Des massacres et cruautés au mépris desquels le régime irresponsable, insensible voire inhumain en place, ne continue à briller que par de l’indifférence et de la désinvolture, au point de s’obstiner, entre autres, à organiser sans souci et de manière récurrente des mascarades qualifiées d’élections, juste pour s’accrocher indéfiniment au . pouvoir et vouloir donner ou entretenir l’illusion l’une prétendue un; et cohésion nationale ?

Quel Camerounais digne de ce nom ignore que dernièrement, le Rdpc, à l’instar de tout pêcheur en eau trouble, a profité de l’insécurité par lui créée, une insécurité devenue endémique et quasi-généralisée, pour une fois de plus perpétrer un autre «braquage politique» sous le pseudonyme d’élections municipales et législatives, juste afin de grossir davantage sa majorité obèse et sans dignité tant à l’Assemblée Nationale que dans les Communes ? Et c’est dans cette même lancée que se projette la fameuse prochaine esbroufe qualifiée d’élections régionales. Déjà pour un minimum de crédibilité, dans quelles conditions ces élections vont-elles se dérouler dans les régions en guerre (Nord-ouest et Sud-ouest notamment) ?


Qu’est-ce qui urge à organiser lesdites élections alors que le contentieux relatif aux fameuses dernières élections couplées (municipales et législatives) – pourtant déterminant pour la suite du processus électoral – n’est pas encore vidé ? Autant de questions parmi tant d’autres. Par ailleurs, quelle leçon voudrait nous donner cet adepte de la «secte» des promoteurs de cette maniaque thèse ou norme informatique selon laquelle «32 gigas égalent 500 gigas?» Que voudrait au juste nous apprendre cet espèce d’aventurier chargé de la définition et de la mise en œuvre de la politique du gouvernement concernant

l’enseignement supérieur, et qui se plait plutôt dans la distribution de promotions ethno centrées autant que dans une navigation à vue consistant à faire former au fil des ans des jeunes sans avenir, parce que issus d’un système de formation sans adéquation avec l’emploi ou totalement déconnecté des réalités du terrain ?


En somme, pour sa part, le Sdf qui q. toujours préconisé et soutenu le fédéralisme comme forme appropriée de l’Etat du Cameroun, et qui reste toujours fidèle à cette option, n’a jamais considéré la décentralisation et son corollaire qu’est la régionalisation, comme solution idoine adaptée aux crises multiples et multiformes que traverse actuellement notre cher pays.

Par conséquent, le Sdf, parti de masse et de salut du peuple, davantage soucieux de la légitimité que d’une certaine légalité sujette à caution, réaffirme sa non-participation aux élections régionales du 06 décembre 2020, car soucieux du devenir de ce pays et de l’intérêt supérieur de la nation.

Fait à Yaoundé, le 22 Septembre 2020

Pour le Social democratic front (Sdf), Le secrétaire national à la communication, Denis Nkemîemo»

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter