Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 30Article 523699

General News of Tuesday, 30 June 2020

Source: www.camerounweb.com

Blackman Ùndwáb Íswògò recadre la Dr Modestine Yonzou


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Tout comme la Dr Modestine Tchatchouang Yonzou ne partage pas la lecture du Prof Bahebeck, revendiquant le regroupement du peuple Bassa, au sein d' une même entité régionale; Blackman Ùndwáb Íswògò n'apprécie pas non, plus la réponse de la Dr Yonzou en réaction de la sortie du professeur.




Voici son message à l'endroit de la Dr Yonzou

Ma chère sœur , Modestine Carole Tchatchouang Yonzou
Je réagis par ce canal , pour vous dire que je ne partage pas votre analyse faite , suite à la sortie du Professeur Jean Bahebeeck, revendiquant le regroupement du peuple Bassa ,au sein d' une même entité régionale, afin de protéger les droits de la tribalité voir culturels et même politiques de ce dernier.
Cela n'est pas du tribalisme comme vous le prétendez!
Vous vous êtes attaquée très violemment à ce dernier, en utilisant une méthode qui ne vous honore pas.
En effet vous vous attaquez à l'homme au lieu d'attaquer uniquement ses idées ; c'est pas très correct intellectuellement.
Vous versez dans le dénigrement, en tombant sur des attaques personnelles, fleurant avec ce que j'appelle le culte du "diplomythe" , ou le mythe du diplôme très particulier chez les camerounais .
Pourtant le paradoxe c'est que certains gros diplômés africains ont été au vue de l'histoire, des pires traitres de l'autodétermination de nos peuples, avec leur logiciel importé.
Le gros diplôme sera utile lorsqu'il sera au service de la cause de nos peuples: à condition de l'aider à se libérer des chaines laissées par 1400 ans d'esclavage arabo-musulman, 400 ans de traite negrière, 100 ans de colonisation et 70 ans de néocolonialisme.
Ce monsieur dont vous ignorez le nom s'appelle Jean Bahebeeck : il est professeur en médecine , chirurgien , orthopédiste de renommée internationale .
Il a formé de nombreux jeunes camerounais dans son domaine et en a soigné plusieurs compatriotes.
Au plan politique , c'est un nationaliste Upéciste, le parti de Ruben Um Nyobé
Il mérite un peu de respect!
Vous auriez mieux fait de vous attaquer uniquement à ses idées, et non verser sur des arguments non autorisés en logique : ceux tournés sur l'individu ; ce sont des coups bas; ce n'est pas ce qu'on attend des intellectuels pour rehausser le niveau des débats en général et politiques en particulier dans notre pays.
Or , même en vous attaquant à ses idées, vous ne faites pas preuve de neutralité: vous défendez vous aussi une position remarquablement très partisane de la majorité de nos frères ressortissants de l'Ouest Cameroun, très hostiles à la loi portant sur la protection des minorités ethniques : autochtones et allogènes au Cameroun.
Et cela n'est pas très différent du tribalisme que vous prétendez combattre et dissimulé derrière votre manipulation. Votre position est nombriliste car tout le monde sait à qui un tel point de vue bénéficie.
Notre constitution reconnaît que tout camerounais est chez lui partout où il se trouve au Cameroun certes : mais elle reconnaît aussi comme dans une même maison, que chacun sait où il dort .
Lorsque vous êtes dans votre chambre, vous êtes semblable à un autochtone et votre frère ou sœur qui vient y dormir est allogène .
L'allogène est donc celui qui se trouve ,en dehors de la région d'origine de ses parents ,tant dis que l'autochtone est celui qui se retrouve dans son village, sa région d'origine , celle de ses parents.
Chaque africain a quand même son village natal, là où sont enterrés ses aïeuls, ses ancêtres, et les membres de sa famille.
Nos villages sont l'âme immortelle de l'Afrique.
On peut -être né et avoir grandi à Douala ou Yaoundé par exemple ; cela ne fera pas de soi un Sawa ou un Ewondo si ce n'est pas le village de vos parents.
En revanche vous pouvez tout au plus vous intégrer culturellement si vous avez acquis une influence de cette culture locale.
Dans ce cas, en defendant cette identité acquise, différente de l'innée,
Ce type d'intégration ne posera pas grand problème partout car ne fera que défendre la dite culture locale:
C'est ce que font les autres peuples.
Cela obéit stricto sensu au respect de la règle d'harmonie avec son environnement: une loi de la nature
Par exemple, voyez- vous, vous vivez aux Etats unis et vous vous êtes intégrée dans la culture américaine sans chercher à la faire disparaître .
Vous parlez anglais, vous respectez leur lois etc...
La position que vous défendez est génocidaire culturellement pour certaines communautés, car elle participe à l'instinction de la culturelle des dits peuples locaux dits autochtones, par ceux qui sont plus expansionnistes et pouvant se transformer en colonies.
L'erreur vient de l'objectif visé par les colons français ayant exporté leur modèle d'Etat jacobiniste, visant l'aliénation culturel et l'abandon de nos différentes identités sociologiques et anthropologiques, par opposition au modèle colonial allemand par exemple qui avait tenu compte de ce dernier.
Le dit modèle colonial allemand a fait œuvre utile avec les différentes traductions de la bible en plusieurs langues locales .
Il est à parier que si ce dernier avait continué, le Cameroun serait devenu un Etat féderé communautaire, respectant notre sociologie culturelle et anthropologique et représentée à l'assemblée nationale.
Ce qui aurait favorisé un climat permettant l'enseignement de nos langues locales et l'intégration des autres peuples dits allogènes en zone autochtones.
Or, vous devriez savoir , que le modèle français est oxydatif et corrosif envers nos identités communautaires; exactement comme ils le font en France, par une politique du deux poids deux mesures , discriminatoire, de façon hypocrite, en étant permissive lorsqu'il s'agit de la communauté blanche, et restrictive envers celles des noirs entre autre, afin de briser tout élan d'autonomie, d'autodétermination et finalement d'épanouissement et de développement de cette communauté.
Très clairement, maintenir une catégorie du peuple prisonnier de leur système d'exploitation et de domination en les empêchant de se connecter à leurs racines, à leurs sources .
Au Cameroun, la colonisation a accompli le même sale boulot en créant ce désordre permettant de déraciner nos peuples.
En les divisant pour mieux régner.
L'Etat néocolonial dit jacobin, a continué dans cette même logique , en empêchant toute tentative d'autodétermination.
L'âme de l'Afrique ce sont nos communautés.
L'exemple type vient de l'Ouest, où le dynamisme de ses populations est remarquable parce qu'elles s'appuient sur les racines communautaires notamment la tontine et autre .
Cette communauté , il faut le reconnaître, dicte sa loi au plan économique, et s'approprie presque toutes les autres régions du Cameroun non sans risque.
Pourtant, la logique aurait voulu que sur les 180 députés que comporte notre assemblée nationale, sur nos 10 régions, que chacune ai droit à 18 députés ressortissants d'une même aire sociologique et anthropologique, afin de respecter les équilibres et la représentativité des identités de nos peuples;
Or l'Ouest seul a arraché 6 députés au littoral, et 1 au Centre, ce qui lui donne 25 députés à l'assemblée nationale.
Le risque au plan politique est de voir une seule ethnie présente à l'assemblée nationale au Cameroun , au détriment des autres.
simplement par la force du pouvoir économique permettant l'achat des terres partout où c'est possible.
Le dire n'est pas être hostile au vivre ensemble.
Plutôt, c'est prévenir tout risque de tension future intercommunautaire
L'âme immortelle de notre Afrique c'est ce système pyramidal et c'est ce que défend le professeur Jean Bahebeeck
La richesse du Cameroun ce sont nos différentes communautés.
La logique du découpage administratif du Cameroun a respecté cette composition sociologique et anthropologique des peuples de notre pays.
Chaque département , arrondissement, région obéit à cette logique.
Du coup à l'assemblée chaque député est le représentant du peuple de son arrondissement d'origine.
A l'Ouest un Bafoussam ne sera jamais un Mbouda , ni Bafang,ou Banganté et vice versa.
D'où vient-il que lorsqu'il s'agit des cas Sawa ou Ewondo, ou Bassa ce droit des minorités leur est refusé?
Pire, le peuple Bassa comme le soutient le professeur Bahebeeck a été éparpillé dans plusieurs régions du pays à cause de son soutien à l'UPC de Um Nyobe, afin de punir ce dernier et de l'affaiblir comme force politique.
Il faut être malhonnête intellectuellement pour ne pas l'admettre plus de 70 ans après les indépendances..
Demander de regrouper ce dernier tout comme les Tikar dans un même découpage administratif a quoi de primitif et de rabaissant , au vue des différents qualificatifs que vous utilisez?
Je suis un peu gêné de vous dire que vous ignorez le système pyramidal africain , et êtes donc très mal outillée de proposer une solution efficace au vivre ensemble à notre peuple si cher à nos ancêtres .
Arrêtez de tromper les autres camerounais!
Vous faites de la manipulation simplement en défendant un point de vue arrangeant et consolidant l'hégémonie du peuple de l'Ouest au quel vous appartenez.
Le vivre ensemble commence aussi par le respect de nos différentes identités.
Quel mal y a t'il a pour un parent à vouloir rassembler sa famille sous un même toit?
La position que défend le professeur Bahebeeck est légitime.
Elle obéit à une logique de protection des droits du peuple bassa comme droit à la protection de leur tribalité !
Et c'est très malhonnête de votre part de confondre un tel point de vue à du tribalisme.
C'est lui qui a raison .
Militons tous pour une intégration locale au lieu de militer pour l'asphyxie et le refus de ceux que vous avez retrouvez localement.
Vous osez parler des pygmées?
Dites moi à l'Etat actuel, au vu des méthodes en place.
Les pygmées ont quel député les représentant à l'assemblée nationale?
Qui defends leurs droits là-bas?

Blackman Ùndwáb Íswògò
Activiste panafricaniste engagé
Défenseur des traditions ancestrales
Chargé de mission de la décolonisation mentale des peuples mélanisés

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter