Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 12Article 579322

xxxxxxxxxxx of Friday, 12 March 2021

Source: actucameroun.com

Belgique: l'ambassadeur du Cameroun visé par de nouvelles plaintes

Marcel Tchangue, l’activiste et membre fondateur du CODE, avait été reconnu non coupable par la justice belge. Il compte à son tour poursuivre le diplomate camerounais.


Accusé d’avoir détérioré le 26 janvier 2019 l’Ambassade du Cameroun en Belgique, Marcel Tchangue avait été reconnu non coupable par la justice belge. L’activiste, membre fondateur du CODE (Collectif des organisations démocratiques et patriotiques des Camerounais de la diaspora), compte à son tour poursuivre le diplomate camerounais.

D’après Marcel Tchangue dont les propos sont relayés dans les colonnes du quotidien Le Messager de ce vendredi 12 mars 2021, la décision du juge est tombée lors d’un procès à huis clos condamnant Evina Abe’e, l’ambassadeur du Cameroun à Bruxelles, à payer 1440€ au titre « d’indemnité de procédure ».

Ces frais d’indemnité de procédure sont à verser au conseil du CODE, conseil des activistes cités aussi dans cette plainte : «Ma réaction et celle du CODE n’étaient que celles d’un peuple en joie. Joie parce qu’en tant que personne principale citée dans cette plainte, il était question que le droit soit dit et il a été dit en toute indépendance, sans parti pris, par la justice belge», confie-t-il.

La justice camerounaise

Déclarés non coupables, l’activiste et les personnes citées dans l’affaire préparent présentement leur réplique : «Nous préparons les plaintes contre l’Ambassadeur Daniel Evina Abe’e, pour diffamation. Comme je l’ai dit plus haut, l’instruction avait été ouverte par la constitution de la partie civile de M. l’Ambassadeur du Cameroun et non par l’ambassade du Cameroun. Ce n’est donc pas la représentation diplomatique du Cameroun en Belgique qui a été condamnée dans cette affaire l’opposant à ses ressortissants. C’est Monsieur Evina Abe’e l’ambassadeur lui- même qui a été condamné», explique le membre fondateur du CODE.

Le militant des droits civiques et politiques en profite pour tirer à boulets rouges sur le système judiciaire camerounais : «En Belgique, les pouvoirs exécutif et législatif ne sont pas supérieurs au pouvoir judiciaire. Aucune institution ne peut contrôler le pouvoir judiciaire, le sanctionner ou le priver de son indépendance. Personne ne peut adresser des injonctions aux juges, ni se substituer aux magistrats dans le jugement des litiges relevant de leurs compétences. Tel n’est pas le cas au Cameroun où la justice est à tête chercheuse, quand on est présumé accusé, on est arrêté, emprisonné avant la recherche des chefs d’accusation…En plus, les autorités camerounaises violent en toute impunité les principes élémentaires liés à la séparation des pouvoirs, violent le droit pour un justiciable du droit à être jugé équitablement dans un délai raisonnable et de disposer d’un recours effectif, etc.», dénonce-t-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter