Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 06 09Article 601258

Actualités Régionales of Wednesday, 9 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Bangangté: une enquête ouverte après l'attaque des domiciles des adversaires d’Eric Nita

Les attaques ont été menées par un groupe d’individus non identifiés Les attaques ont été menées par un groupe d’individus non identifiés

• Une enquête a été ouverte après l'attaque des domiciles des adversaires d’Eric Nita

• Les attaques ont été menées par un groupe d’individus non identifiés

• C'est un climat de terreur qui règne dans cette localité depuis l’élection d’Eric Niat


L’élection d’Eric Niat à la tête de la commune de la mairie de Bangangte continue d’alimenter les débats dans cette collectivité territoriale jadis dirigée par l’actuel ministre de l’urbanisme Célestine Kétcha Courtès.

La rédaction de CamerounWeb vient d’apprendre qu’une enquête a été ouverte par les forces de l’ordre et de sécurité suite l’attaque de deux domiciles des adversaires d’Eric Nita par un groupe d’individus non identifiés qui ont grièvement blessé un vigile après l’avoir roués de coups de poings et de pieds.

Il faut rappeler que c’est un climat de terreur qui règne dans cette localité depuis l’élection d’Eric Niat à la tête de cette commune.

En effet, selon des témoignages recueillis et relayés par le lanceur d’alertes Boris Bertolt, « une bande de jeunes qui serait financée par Jules Famawa, terrorise toutes personnes jugées ou supposées proches de madame Courtes ministre de l’urbanisme et de l’habitat qui s’était opposé à Eric Niat et du roi des Bangangte ». L’activiste précise que « ce gang a à cette tête, Tchatou Theophile, alias SAKIS ». Ce dernier est accusé de lancer à leurs adversaires d’hier des menaces comme: "On va brûler votre maison. Quitter la ville ".

L’on apprend par le même canal qu’une centaine de personnes ont signalé les appels par numéro masqué des menaces de mort. « Deux domiciles ont connu des tentatives d'incendie. Les employés de la municipalité sont menacés de licenciements » ajoute Boris Bertolt

Aussi faut-il préciser que tout cela se fats dans l'indifférence des autorités administratives et sécuritaires qui, bien que saisis de la situation, ne lèvent pas le petit doigt pour mettre fin à ce qui s’apparente à un règlement de compte.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter