Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 12Article 519940

General News of Friday, 12 June 2020

Source: cameroonvoice.com

Banditisme d'Etat et assassinats au Cameroun: Paul Biya n'est plus !


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La mort se définit comme la perte définitive par une entité vivante de ses propriétés caractéristiques de la vie. Pour un homme comme Paul Biya, la principale caractéristique de la vie était la gouvernance du Cameroun. Or le cannibalisme rocambolesque de la « bande à Biya », au sens propre du terme, qu´a subi le jeune journaliste Samuel Wazizi est une preuve que Paul Biya ne gouverne plus le Cameroun. Oui ! Il n´a plus sa principale caractéristique de la vie qui est de gouverner le Cameroun. Il n´est plus.

La sortie du gouvernement par rapport à cet assassinat est tout simplement surréaliste. Ce gouvernement, qui a kidnappé le jeune journaliste Wazizi le 02 Aout 2019 pour le phagocyter le 17 Aout 2019, dit-il, explique au monde entier qu´il ne savait pas que le jeune journaliste était recherché par :

Sa famille qui s’inquiétait de ne pas savoir où il était. Ses avocats qui essayaient depuis 10 mois, à coup de procédures, de le localiser.

Ses collègues journalistes et leur syndicats qui faisaient des sorties pour que le jeune journaliste ne soit pas oublié.
L’ensemble des Camerounais (à l’exception du RDPC et la Bande à Biya) qui se demande depuis où est passé leur jeune compatriote.
L’ensemble des ONG, des organes supranationales et des représentations diplomatiques du monde entier, qui ne manquaient aucune occasion pour demander au régime de Yaoundé plus de clarté sur le lieux d’incarcération de Samuel Wazizi, notamment le 3 Mai dernier lors de la journée Internationale des Journalistes.

Croyez-moi, il faut être mort et donc insensible pour ne pas avoir compris que le jeune Wazizi était porté disparu depuis plus de 10 mois et qu’il était activement recherché. Ce régime est mort et son chef avec.

Ces assoiffés de sang, ont essayé de masquer leur forfaiture en expliquant qu’un membre de la famille a été informé du décès du jeune journaliste depuis le 17 Aout 2019. La réalité est que ces cannibales sont d’une telle férocité que les restes de leur festin macabre ne sont pas très présentables et peuvent trahir la perversité de leurs habitudes alimentaires. C’est pourquoi ils s’accordent toujours un temps suffisamment long entre le moment du décès et une exhumation hypothétique du corps. Un temps nécessaire, selon les médecins légistes, pour finaliser la décomposition totale du corps et espérer ainsi effacer les stigmates de cette atrocité.


A propos de ce mystérieux membre de famille qui est introuvable pour l’instant, sachez qu’un ministre de l’intérieur est déjà en mouvement avec une valise d’argent pour rechercher tout Anglophone qui pourra endosser le rôle de ce membre de famille, responsable, dit-il, de cette cacophonie. Le malheureux candidat n’a pas besoin d’être membre de la famille car le régime souhaite juste une mise en scène.

Bon, pour continuer, certains me diront « Mais Paul Biya est vivant, nous l’avons vu en photo, il y a deux jours, avec l’ambassadeur de France ». Et c’est là le bonus qu’apporte cet homicide de Wazizi, car non seulement il évoque l’âme des morts mais aussi celle des morts-vivants. En effet, l’Ambassadeur de France, dans son « tweet », vient de mentionner qu’il a fait part à son hôte fantomatique de la disparition inquiétante du « journaliste » Wazizi. Mais alors, pour un ambassadeur du pays des droits de l’homme, qui a vu Paul Biya plus de 6 fois depuis Décembre 2019, et qui n’évoque le cas Wazizi qu’après les révélations de Cédric Noufele, il faut conclure sans risque de se tromper que cet ambassadeur est frappé d’une « Sepsis Mentale très Sévère ». Autrement dit, Monsieur Guillou est un mort-vivant.

Finalement, c’est avec une grande tristesse et surtout la mort dans l’âme que j’évoque la mort de ce jeune et vibrant journaliste au nom de Samuel Wazizi, car cela m’oblige à parler à titre posthume des gens qui sont à l’article de la mort. Cela m’oblige également de m’appesantir sur les actes de cette bande à Biya qui souffle tellement la mort au Cameroun que celle-ci se lit sur leur visage, comme si elle s’essayait au saut de la mort. Les chances d’éviter du grabuge dans notre pays s’amenuisent !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter