Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 27Article 598858

Actualités of Thursday, 27 May 2021

Source: Le Messager

Bamesso: des miliatants du MRC accusent le commandant de la brigade de sodomie

Le gendarme crie à une manœuvre déloyale des partisans du MRC Le gendarme crie à une manœuvre déloyale des partisans du MRC

Les membres de la famille d’adoption du pandore en service à la brigade de gendarmerie de la localité de Bamesso dans l’arrondissement de Mbouda, département des Bamboutos, ont porté plainte contre le mis en cause.

Il lui est reproché d’avoir abusé deux de leurs fils. Le gendarme crie à une manœuvre déloyale des partisans du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) pour encrasser sa personnalité. Une information virale, relayée sur les réseaux sociaux et faisant état de ce que le chef de cette unité de commandement des forces de défense et de l’ordre, l’adjudant-chef Adam Azene aurait abusé deux des enfants dans sa famille d’adoption dans cette localité, défraie la chronique locale. Signalons qu’un enregistrement audio faisant état d’une conversation entre la maman des victimes et le pandore au sujet de cet acte contre nature, une vidéo dans laquelle l’un des enfants, martyrisé, révèle les circonstances de sa sodomie ;quelques extraits du carnet de l’hôpital de son frère cadet (14 ans) font état d’un bulletin de santé qui conclut, somme toute :« agression sexuelle probable, » sous-tendent la communication.

Dans cette vidéo, le frère ainé qui aurait subi, après son cadet les assauts érotiques du commandant, laisse entendre : « J’avais pris ma tontine d’un montant de 100 mille f pour acheter ma moto ; ma maman m’a donné encore 100 mille f pour que j’achète une bonne moto. J’ai rencontré le commandant il m’a dit qu’il a une moto en vente mais elle coûte 250 mille f. Je lui ai donné les 200 mille f. Mais il ne m’a pas donné la moto. Chaque fois quand je réclamais la moto, il me tournait toujours. Que les petits bandits de cameroonmagazine.com apprennent à citer la source des articles qu’ils volent Un jour, il m’a dit que si je suis sa femme, il va aller à Mbouda m’acheter une moto neuve. Je lui ai répondu que je ne veux pas de moto neuve et qu’il me remette mon argent. Il me tournait toujours. Un jour je suis arrivé chez lui en soirée pour réclamer mon argent. Il m’a servi du café avec la drogue. J’ai bu sans savoir et je me suis endormi sans demander mon reste. Le matin, à mon réveil, j’ai constaté qu’il a fait ça sur moi. Mon derrière était mouillé. Puis, il m’a dit de venir chaque soir pour que l’on dorme ensemble. Cela m’a profondément déstabilisé. »Vente de drogue

Le reporter du Messager, en date du 18 mai dernier, s’est rapproché du commandant de la brigade de gendarmerie pour obtenir de lui un éclairage par rapport aux faits qui l’accablent. Par l’occasion, d’emblée, il se répand : « Ma réputation est manifestement entamée dans cette affaire concoctée par les responsables du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) avec pour chef de file, un certain Polydore qui m’accuse de trafic d’armes et de vente de la drogue, d’utilisation des membres des comités de vigilance, habillés en tenue militaire pour faire leur travail. Ma hiérarchie est déjà au courant de la situation. Ça ne marchera pas ainsi. »Et d’ajouter : « Comment puis-je sodomiser Merlin ? Je suis comme un enfant de sa famille et c’est moi qui paye l’école de ses frères ; quand il y a des cas de maladie, je m’en occupe. Sa mère est notre maman. L’acte que l’on me fait assumer la responsabilité est horrible. Je suis un fervent musulman. Les enquêtes ont été ouvertes à la compagnie de gendarmerie de Mbouda et chez le Collégion à Bafoussam, les résultats sont attendus.Cadi

Le ministre (chef du bureau politique Rdpc dans les Bamboutos et ministre des travaux publics, fils du terroir, NDLR) a instruit certaines élites locales de s’enquérir de la situation et de lui rendre compte, ce qui a été fait. Toutefois, je jure sur la tombe de mes parents que je ne connais rien dans cette affaire aussi louche. J’ai demandé à la maman de Merlin que l’on aille chez un marabout pour boire le cadi et celui qui sera le coupable trouvera la mort. Je crois en la sentence fatidique du fétiche. Nous avons ici à Bamesso des charlatan-voyants de grandes renommées. » Selon de sources bien informées, les conquêtes du pandore se feraient aussi dans les milieux scolaires et l’on parle aussi d’un élève de la classe de 1ère (F) au lycée technique de Galim sur qui il se serait aussi assouvi. L’infortuné, ne pouvant supporter les railleries de son entourage a dû s’éclipser.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter