Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 22Article 609433

Actualités of Thursday, 22 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Bamenda : un homme kidnappé raconte ses déboires

Il dit avoir été enlevé par cinq hommes armés Il dit avoir été enlevé par cinq hommes armés

L’homme de la quarantaine a requis l’anonymat .


Il dit avoir été enlevé par cinq hommes armés.


Il a été libéré après avoir payé une rançon.


Les enlèvements se multiplient dans la localité de Bamenda alors que les autorités tentent de d’apaiser la communauté internationale en rassurant que la situation revient au calme. Mardi dernier, un homme de la quarantaine a été enlevé par des hommes armée, il raconte ses déboires« J'étais chez moi mardi lorsque cinq types armés ont fait irruption chez moi et m'ont inspiré dans leur cachette. Ils ont forcé ma famille à envoyer de l'argent avant que je puisse être libéré », at-il raconté.

"Peu de temps après ma libération", a-t-il poursuivi, "Aujourd'hui, alors que je me précipitais à l'école pour un examen de rattrapage, deux autres gars m'ont arrêté juste autour de la brigade Mile 4 pour me demander de l'aide. J'ai dû leur dire que leur ami m'avait rendu visite la veille et avait déjà récupéré tout ce que j'avais, dit-il en larmes.

Une situation délétère.


Les combattants séparatistes sèment la terreur dans la zone de Bamenda. Les enlèvements des personnes sont devenus très courants dans le quartier, de nombreuses personnes, en particulier les enseignants et les étudiants, étant les principales cibles de l'extorsion. Selon des sources sur place, la plupart des élèves et des enseignants ont pris l'habitude de ne pas rentrer chez eux lorsqu'il est trop tard.

L’homme qui avait été kidnappé a dénoncé une absence totale de sécurité dans la zone de mille 4. Selon cet homme qui a choisi l’anonymat, ces hommes kidnappent des individus et réclament des racoons. Plusieurs familles ont déjà été victimes. N’ayant plus de moyens d’autres familles ont été obligées de fuir. Les autorités de la ville semblent submerger avec ces questions d’insécurité. Faute de ressources humaines pour pouvoir répondre efficient, elles se contentent de protéger certains endroits stratégiques de la ville.

Rejoignez notre newsletter!