Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 05Article 546415

General News of Monday, 5 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Baisser son pantalon ou être broyé : le dilemme cornélien de Roméo Dika

A tout homme qui prend sa vie au sérieux, et donc qui formule désir de faire sa vie dans la droiture, s'impose un jour, à un moment donné: l'épreuve du choix difficile. Il s'agit comme on le dit, du dilemme cornélien qui implique la notion d'un choix impossible entre deux valeurs tout aussi importantes et estimables l'une que l'autre?

Dans le cas de Roméo Dika, il s'agit de choisir. Choisir entre baisser son pantalon pour assouvir des pulsions et des envies de pénétrations anales d'un membre du sérail ou être broyé par une horde de zélés du régime qui ne demandent qu'à détruire qui ce soit pour la gloire du 'roi du Cameroun' et pour des postes ou un peu d'argent comme récompense.


convoqué par le régime


l'artiste a reçu il y a quelques jour, par le biais de certains huissiers, une convocation.


'Je viens une fois d'être victime du harcèlement du régime.
des huissiers se sont pointés chez moi à 10h me notifier des assignations du CNC et d'une personnalité de la présidence de la république', informe l'artiste sur son compte Twitter'.

'je suis entrain de prendre des dispositions afin que la prochaine fois il y ait des morts et permettre aux médias internationaux d'entrer en scène', ajoute-t-il.



invitations à la sodomie


Dans une publication, Roméo Dika dit avoir reçu des invitations à la sodomie de plusieurs membres du régime qui lui en veulent pour avoir décliner l'offre.

'Je viens une fois d'être victime du harcèlement du régime. Des huissiers se sont pointés chez moi à 10 h me notifier des assignations du CNC et d'une personnalité de la présidence de la république. je suis entrain de prendre des dispositions afin que la prochaine fois il y ait des morts et permettre aux médias internationaux d'entrer en scène et comprendre pourquoi tant de harcèlement entre des invitation à la sodomie pour me faire payer, des promesses mensongères de me faire payer, mon lynchage sur la télé nationale, je commence à en avoir marre', a écrit Roméo Dika sur son compte Twitter.



Paul Biya sollicité pour protéger Roméo Dika et ses proches



Dans la correspondance qu’il a adressée le 3 octobre 2020 au chef de l’Etat camerounais, le secrétaire général, Benoît Machuel, s’inquiète des menaces qui pèsent sur la sécurité de l’artiste-producteur de musique.

La Fédération Internationale des Musiciens a peur pour Roméo Dika. Dans une correspondance datée du 3 octobre 2020 et adressée à Paul Biya, son secrétaire général Benoît Machuel dit suivre «avec la plus grande attention la situation de Roméo Dika», par ailleurs vice-président de cette organisation internationale. «Depuis qu’il a quitté le parti présidentiel, M. Dika fait l’objet de graves intimidations et craint aujourd’hui pour sa sécurité et celle de ses proches», écrit Benoît Machuel tout en rappelant que la liberté d’opinion est une valeur essentielle en démocratie.

Il déclare que la Fédération Internationale des Musiciens est «extrêmement attachée à la protection de cette liberté fondamentale et tient à exprimer ici sa plus vive préoccupation». Le dirigeant condamne toute intimidation ou menace à l’encontre de Roméo Dika. C’est pourquoi il «appelle les autorités camerounaises à s’assurer de ce que lui et ses proches soient tenus à l’abri de toute violence ou attentatoire à leur liberté quels qu’en soient les responsables».

La Fédération Internationale des Musiciens compte sur la «sagesse» de Paul Biya «pour garantir le respect de la loi et protéger les citoyens contre l’arbitraire et l’abus d’autorité». Roméo Dika a fait état, le 18 Septembre 2020, d’une tentative d’assassinat contre sa personne. Il expliquait alors que des hommes armés s’étaient approchés de sa maison de Yaoundé mais avaient dû battre en retraite suite à l’intervention d’un conducteur de moto taxi. L’artiste-musicien et producteur y voyait la main de pontes du régime qui voient d’un mauvais œil sa démission fracassante du RDPC, le parti au pouvoir au Cameroun.

'Ce jour autour de 14h30, un véhicule bleu foncé non immatriculé, s’est garée devant ma barrière. En sont sorties 4 personnes nerveuses armées, elles ont commencé à arpenter le bâtiment pour trouver un facile accès. C’est à ce moment qu’un moto taximan que nous employons les interpelle et appelle ses collègues. Voyant ces derniers arriver, les 4 personnages sont nerveusement entrés dans la voiture et ont démarré en trombe. N’eût été la chance, j’aurais été assassiné par le régime. Que les missions diplomatiques et ONG soient massivement informées', avait écrit Roméo Dika.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter